Une situation sanitaire ″dramatique″ en Allemagne | International | DW

Les députés allemands votaient aujourd’hui [18.11.21] la proposition de loi sanitaire proposée par les trois partis en train de négocier pour composer la future coalition gouvernementale : le SPD, les Verts et le FDP.

Nouvelle loi sanitaire votée au Bundestag

La nouvelle loi sanitaire a été adoptée à une majorité des voix au Bundestag. 397 députés sur 416 de la probable future coalition gouvernementale (SPD, Verts, FDP) ont voté en sa faveur. Les députés conservateurs (CDU/CSU) et d’extrême droite se sont prononcés contre, l’extrême gauche s’est abstenue.
Le texte impose la règle des 3G sur le lieu de travail et dans les transports en commun sur l’ensemble du territoire. C’est-à-dire que dans ces lieux, chaque personne devra pouvoir justifier de son statut immunologique : soit être vaccinée contre la Covid-19, soit en avoir guéri officiellement, soit détenir un test négatif.

De nouvelles restrictions vont entrer en vigueur à partir d’un certain seuil d’hospitalisations hebdomadaires. Une gradation en trois phases prévoit des mesures plus restrictives selon les taux de contamination.

Lors du vote de la nouvelle loi de protection sanitaire au Bundestag

Lors du vote de la nouvelle loi de protection sanitaire au Bundestag

La loi doit encore être validée par la Chambre haute du Bundesrat qui se réunit demain. Les Länder dirigés par les conservateurs menacent de voter contre.
L’état d’urgence sanitaire arrive, lui, à échéance le 25 novembre. Les députés conservateurs reprochent aux élus de la nouvelle majorité de ne pas vouloir prolonger l’état d’urgence sanitaire qui arrive à son terme le 25 novembre. Et de risquer ainsi de voir à nouveau s’accentuer les différences de politiques entre les régions.

Record de contaminations

L’Institut Robert Koch, qui suit les évolutions de la pandémie en Allemagne, conseille « absolument d’éviter ou annuler tout rassemblement de grande ampleur ». II a enregistré, rien que pour la journée d’hier [17.11.21], plus de 52.800 nouvelles contaminations à la Covid-19.

Le taux d’incidence sur sept jours atteint ainsi un nouveau record de 319 cas pour 100.000 habitants.

Une situation « dramatique » aux yeux d’Angela Merkel qui estime qu’« il est urgent de faire des progrès en matière de vaccination. »

« Il n’est pas trop tard pour se décider pour un premier vaccin, estime la chancelière sortante, car toute personne qui se fait vacciner se protège et protège les autres. Et lorsque suffisamment de personnes se feront vacciner, nous verrons la voie de sortie de la pandémie. »

Le Glühwein (vin chaud à la cannelle), un symbole des marchés de Noel

Le Glühwein (vin chaud à la cannelle), un symbole des marchés de Noel

Pas de vin chaud cette année ?

Cette nouvelle vague de Covid-19 ne tombe pas au bon moment pour les organisateurs des traditionnels marchés de Noël. Déjà affaiblis par la mauvaise saison 2020, ils ont commencé à installer leurs stands dans la plupart des centres villes.

Certains, comme Helmut, ne comprennent pas que des villes comme Munich décident finalement d’annuler ces marchés. Ce marchand s’indigne : « Lundi, on nous a dit qu’on pouvait s’installer et puis maintenant on nous dit de tout démonter. Et personne ne nous rembourse les coûts engendrés.  »

En revanche, Anika dit comprendre. Elle déclare : « Dans les hôpitaux, ils travaillent comme des fous et puis ici, on parle de plaisir… c’est compliqué. »

Des panneaux précisent à l'entrée des magasins et lieux publics la règle en vigueur

Des panneaux précisent à l’entrée des magasins et lieux publics la règle en vigueur, qui n’est pas la même partout

Les organisateurs espèrent que la règle des « 2G » suffise dans plusieurs villes : l’accès réservé aux vaccinés et aux personnes guéries de la Covid-19. Une règle parfois étendue aux personnes munies d’un test négatif datant de moins de 24h. 

C’est ce qui permet à Francfort/Main, par exemple, de maintenir son marché.

Ce sont les communes qui ont le dernier mot. Elles doivent, avant de décider d’annuler un marché de Noël, peser le « pour » sanitaire et le « contre » économique.

Le pays compte près de 3.000 marchés de Noël en tout, du nord au sud, qui génèreraient, selon les représentants de la branche, jusqu’à 2,9 milliards d’euros chaque année, avec environ 160 millions de visiteurs.

L’organisation de protection de l’enfance estime pour sa part qu’il serait impensable de maintenir les marchés de Noël pour contenter les adultes alors que les jeunes ont déjà dû faire tant de sacrifices depuis le début de la pandémie et que les écoles et les jardins d’enfants menacent à nouveau de devoir fermer leurs portes.

 




Source link

Check Also

Le gaz flambe, les Togolais se replient sur le charbon | Afrique | DW

A l’aide d’un éventail, Julienne Ajavon, attise le feu sous une casserole posée sur un …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.