Tensions à Dakar à l′approche des élections municipales | Afrique | DW

Ousmane Sonko, Barthélémy Dias et Elhadji Malick Gakou. Ce sont les trois figures de l’opposition qui ont été interpellées mercredi à la suite de violences entre leurs supporteurs et les forces de l’ordre à Dakar, la capitale. Le premier est annoncé comme l’un des principaux challengeur de la présidentielle de 2024. Le second a candidaté à la mairie de Dakar en janvier. Le troisième est un ancien ministre.  Retenus quelques heures par la police, les trois hommes ont finalement été relâchés en début de soirée, d’après deux de leurs avocats et un porte-parole du parti de l’opposant Ousmane Sonko.

Campagne électorale électrique

Les violences qui ont précédé ces arrestations se sont déroulées sur le chemin du tribunal de Dakar où Barthélémy Dias devait comparaître pour une affaire remontant à 2011. Pour l’opposition, ressortir, en pleine campagne électorale, ce procès qui stagnait depuis des années en raison de multiples renvois, relève du pur stratagème politique.

Surtout, les affrontements de mercredi rappellent un précédent tragique : en mars dernier, c’était Ousmane Sonko qui était convoqué devant la justice. Son arrestation, alors qu’il se rendait en convoi au tribunal, avait déclenché plusieurs jours de heurts et de saccages dans la capitale et en province. Bilan : au moins une douzaine de morts. 

La campagne pour les élections municipales et départementales de janvier a déjà donné lieu à des heurts en province et l’invalidation d’un certain nombre de listes de candidats a ajouté à l’irritation de l’opposition.

Ecoutez ci-dessous quelques uns des meneurs de la manifestation de mercredi (10.11.2021)

 




Source link

Check Also

Le gaz flambe, les Togolais se replient sur le charbon | Afrique | DW

A l’aide d’un éventail, Julienne Ajavon, attise le feu sous une casserole posée sur un …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.