pour Paris, la Russie est une «partie de la solution», pas du problème — RT en français


Le secrétaire d’Etat français aux Affaires européennes a déclaré ne pas avoir «d’éléments qui montrent une complicité» de Moscou. Pour lui, «il est évident que si la Russie n’est pas une part du problème, elle est au moins une partie de la solution».

La Russie n’est pas impliquée dans le «trafic» de migrants vers l’UE que la Biélorussie est accusée d’organiser, mais elle a une «capacité d’influence» sur Minsk pour y mettre fin, a estimé ce 11 novembre le secrétaire d’Etat français aux Affaires européennes Clément Beaune.

«Sur la Russie, nous n’avons pas d’éléments qui montrent une complicité dans cette affaire», a déclaré Clément Beaune sur la chaîne BFMTV et la radio RMC. «Il est évident que si la Russie n’est pas une part du problème, elle est au moins une partie de la solution puisque la dépendance de la Biélorussie à Moscou est de plus en plus forte», a-t-il néanmoins relevé. «Il y a une capacité d’influence évidente de la Russie sur la Biélorussie pour aider à arrêter ce trafic et donc nous devons utiliser ce canal», a-t-il insisté, en accusant Minsk d’utiliser les migrants «comme de la chair à canon».

Un «problème probable» avec la compagnie Turkish Airlines

La France entend faire passer ce message le 12 novembre lors d’une rencontre des ministres des Affaires étrangères et de la Défense français et russes Paris. La chancelière allemande Angela Merkel a aussi demandé le 10 novembre au président russe Vladimir Poutine «d’agir» contre «l’instrumentalisation» des migrants par le pouvoir biélorusse.

La Pologne, en première ligne dans la crise avec Minsk – et qui a déployé 15 000 soldats dans la zone, en plus de policiers et de garde-frontières – a accusé le 9 novembre le président russe d’être le «commanditaire» de la vague de migrants vers l’UE : «[Le président biélorusse Alexandre Loukachenko] est l’exécutant de la dernière attaque, mais son commanditaire se trouve à Moscou et ce commanditaire est le président Poutine», a déclaré le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki.

Lors d’une conférence de presse le 10 novembre, le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov a démenti et commenté les propos du Premier ministre polonais : «C’est une déclaration totalement irresponsable et inacceptable.» «Nous sommes en présence d’une catastrophe humanitaire imminente dans le contexte de la réticence de nos collègues européens à démontrer leur attachement aux valeurs européennes. Ils ont manifesté cet attachement à l’égard de différents pays, à l’égard des réfugiés de différents pays, en évoquant les idéaux suprêmes de l’humanisme. Cette fois, une telle volonté est absente», a-t-il encore remarqué.

Les Européens accusent Alexandre Loukachenko d’orchestrer cette crise migratoire pour se venger de sanctions européennes liées à sa réélection contestée par l’opposition ; Minsk , de son côté, dénonce des accusations «sans fondements» à son encontre. Les 27 Etats membres de l’UE doivent se pencher le 15 novembre sur de nouvelles sanctions à l’encontre de la Biélorussie. «Ce qu’on peut faire, c’est sanctionner un certain nombre d’entités, des entreprises qui organisent le trafic», a relevé Clément Beaune en citant l’aéroport de Minsk et des compagnies, notamment aériennes.

Clément Beaune a évoqué au passage un «problème probable» avec la compagnie Turkish Airlines, tout en notant que dans son cas, des sanctions n’étaient «pas à l’ordre du jour». «Il y a un travail diplomatique pour demander [à la Turquie] que les vols soient moins fréquents ou suspendus», a-t-il dit. Mais «pour l’instant», contrairement à de précédentes crises migratoires à la frontière avec la Grèce, «ce n’est pas eux qui organisent le trafic», a-t-il précisé.


Source link

Check Also

Le gaz flambe, les Togolais se replient sur le charbon | Afrique | DW

A l’aide d’un éventail, Julienne Ajavon, attise le feu sous une casserole posée sur un …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.