Pas sans Elles : le débat sur l′amour et l′amitié | Afrique | DW

Vous êtes désormais familiers de notre projet #PasSansElles qui donne la parole à des femmes d’Afrique. Dans ce cadre, nous avons organisé aujourd’hui un nouveau débat sur le thème des relations hommes/femmes ou filles/garçons… et plus précisément d’amour et d’amitié.

#PasSansElles | Wendy Bashi

#PasSansElles | Wendy Bashi

A la présentation, comme d’habitude : Wendy Bashi. Et pour discuter, trois invitées :

– Salimata Nah Traoré, du Burkina Faso. Elle milite pour le droit des femmes et des jeunes filles.

– une autre militante prodémocratie et des droits des femmes, mais dans l’est de la RDC : Passy Mubalama, qui est la fondatrice de l’Initiative Aidprofen.

– et enfin, au Bénin, Amour Agon, étudiante en lettres à l’université d’Abomey Calavi.

>>> A lire aussi : #PasSansElles : « Mon sexe ne doit pas être une faiblesse, mais une force »

Des relations qui changent avec le mariage

La discussion a pris son envol avec la question : une amitié entre homme et femme est-elle possible – une amitié platonique, honnête ? Salimata Nah Traoré, du Burkina Faso, dit qu’elle y croit et d’ailleurs, elle met ces amitiés en pratique : « J’ai des amis garçons aussi et avant de me marier, je n’avais presque que des amis garçons. Mais la relation change quand on change de statut ».

Salimata Nah Traoré ne voit pas pourquoi il faudrait renoncer à ses amis après le mariage

Salimata Nah Traoré ne voit pas pourquoi il faudrait renoncer à ses amis après le mariage

Selon elle, les amis ne doivent pas être trop intrusifs dans le couple.« Il faut mettre des barrières, estime-t-elle, on ne peut pas tout dire, même à une amie, et d’autant plus quand c’est un ami.C’est vrai qu’on a des liens solides qu’on peut encore consolider, des fois on connaissais la personne avant de rencontrer son conjoint ou sa conjointe. Mais après le mariage, il faut être un peu plus vigilant et respecter les conjoints respectifs des uns des autres ».

Passy Mubalama, de République démocratique du Congo, croit en l'égalité des droits

Passy Mubalama, de République démocratique du Congo, croit en l’égalité des droits

Passy Mubalama, de RDC, s’offusque à l’idée qu’une femme mariée doive rejeter ses amis d’avant : « En tant que femme, on a aussi cette liberté : les hommes mariés, eux, ils continuent à voir leurs amis, à sortir. Nous on nous dit non, tu es mariée, tu ne peux plus sortir prendre un verre. »

La réciprocité des droits

Amour Agon, du Bénin, estime, elle, qu’une épouse devrait demander la permission à son époux avant de sortir, par respect de son autorité. L’étudiante déclare : « Moi je trouve que la femme, mariée ou non, doit représenter un symbole de vertu. »

Amour Agon, étudiante béninoise, recommande d'avoir du respect pour son époux

Amour Agon, étudiante béninoise, recommande d’avoir du respect pour son époux

Et ça, ça fait bondir Passy et Salimata qui insistent sur la réciprocité… sur leur exigence vis-à-vis de leur partenaire. Salimata précise qu’à son avis, après le mariage, « l’homme aussi doit revoir ses fréquentations ». Cela ne signifie pas de renier ses amis d’enfance, « mais accorder la place qu’il faut à sa famille et passer plus de moments de qualité avec ses enfants, avec sa femme. Ça vaut pour l’homme et pour la femme. Sinon c’est comme si moi j’étais mariée avec lui, mais lui pas avec moi. »

Passy de RDC insiste sur l’importance de la communication au sein du couple: « Si l’homme ne veut pas que je sorte sans lui dire où je vais, il faut qu’il fasse de même. »

Cela amuse Salimata qui abonde : « Il ne faut pas que l’homme, quand il sorte dise : « Je reviens! ». « Je reviens », ce n’est pas une information. Qu’il dise : « Je pars voir des amis », ou « je pars faire telle chose ». »

La base d’une relation saine serait donc la communication, la confiance, le respect mutuel. Et Passy souligne avant tout l’égalité nécessaire en droits entre les personnes.

 




Source link

Check Also

Le gaz flambe, les Togolais se replient sur le charbon | Afrique | DW

A l’aide d’un éventail, Julienne Ajavon, attise le feu sous une casserole posée sur un …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.