Mercato électoral ou la banalisation de la politique

Des élus sortants qui changent de parti

Le phénomène prend, apparemment, de plus en plus d’ampleur, puisqu’il n’y a pas une circonscription administrative où un changement de couleur politique n’a pas été relevé chez au moins un élu sortant se représentant pour un autre mandat.

C’est devenu une constante. Les élections locales sont marquées, entre autres, par des «transferts» entre partis politiques. Le phénomène prend, apparemment, de plus en plus d’ampleur, puisqu’il n’y a pas une circonscription administrative où un changement de couleur politique n’a pas été relevé chez au moins un élu sortant se représentant pour un autre mandat.

C’est le cas à Alger. Dans une commune de l’ouest d’Alger, Aïn Benian, des élus sortants ont décidé de briguer un autre mandat, mais en changeant de couleur politique. Certains ont opté pour des listes d’indépendants.

D’autres se sont retrouvés chez les «rivaux» d’hier. Ainsi, un élu du PFLN se retrouve sur une liste indépendante, composée aussi d’un élu sortant du FFS et d’autres encore.

Un autre du RCD, dont le parti boycotte les élections, a migré vers le parti El Mostakbel. Ou encore un élu du RND qui se retrouve chez El Bina. Ceci, sans compter tous ces candidats malheureux aux élections de 2017 qui se présentent au prochain rendez-vous sous une autre couleur.

Retrouvez l’intégralité de nos articles sur la version papier


Post Views:
14



Source link

Check Also

la consolidation de la place de la femme requiert un environnement sociopolitique concurrentiel

ALGER – Le Secrétaire général du Rassemblement national démocratique (RND), Tayeb Zitouni, a affirmé, samedi …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.