L’ONU mène l’enquête | El Watan

Le porte-parole adjoint du secrétaire général de l’ONU, Farhan Haq, a confirmé, vendredi dernier, l’assassinat de trois camionneurs algériens près de la frontière mauritanienne dans un bombardement qui a ciblé leurs véhicules.

«Nous pouvons maintenant confirmer que le site (du bombardement) se trouve dans la partie orientale du Sahara occidental près de Bir Lahlou (territoires sahraouis libérés)», a-t-il déclaré dans un point de presse. Le représentant onusien affirme que le constat a été établi «par une patrouille de la Minurso (Mission des Nations unies pour le Sahara occidental), dépêchée sur le lieu de l’attaque le 3 novembre, soit 24 heures après en avoir été informée».

«La Mission a observé deux camions portant des plaques d’immatriculation algériennes stationnés parallèlement l’un près de l’autre. Les deux camions ont subi d’importants dommages et ont été carbonisés», explique-t-il, assurant que «l’enquête se poursuivra pour élucider cette affaire».

Les déclarations du représentant du secrétaire général de l’ONU constituent, en tout cas, un premier démenti aux allégations marocaines qui tentent de faire croire que «les transporteurs algériens ont sauté sur des mines en traversant un champ miné». Une affirmation qui n’est même pas assumée officiellement, puisque depuis l’annonce de l’assassinat des trois Algériens, aucun responsable marocain ne s’est exprimé ouvertement sur l’affaire. Dans une déclaration à l’APS, l’ambassadeur sahraoui à Alger, Abdelkader Taleb Omar, avait précisé que Bir Lahlou est située à plus de 70 km du mur de sable érigé par le Maroc, d’où commence la zone tampon.

Le bombardement des camionneurs algériens, ajoute-t-il, s’est produit exactement à Bentili au sud du territoire sahraoui libéré de Bir Lahlou, plus loin encore de la zone tampon et du mur marocain. Pour rappel, la Présidence avait affirmé, mercredi dernier dans un communiqué, que «plusieurs facteurs désignent les forces d’occupation marocaines au Sahara occidental comme ayant commis avec un armement sophistiqué ce lâche assassinat».

«Le 1er novembre 2021, alors que le peuple algérien célèbre dans la joie et la sérénité le 67e anniversaire du déclenchement de la glorieuse Révolution de Libération nationale, trois ressortissants algériens on été lâchement assassinés par un bombardement barbare de leurs camions, alors qu’ils faisaient la liaison Nouakchott – Ouargle, dans un mouvement naturel d’échanges commerciaux entre les peuples de la région», avait souligné la Présidence.

Le 4 novembre dernier, le ministre des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra, a saisi l’ONU, l’UA, la Ligue arabe et l’OCI par une correspondance officielle les informant de «la gravité extrême de l’acte de terrorisme d’Etat en question qu’aucune circonstance ne saurait justifier».

Madjid Makedhi


Post Views:
507



Source link

Check Also

Lamamra se réunit avec le Groupe de haut niveau sur la sécurité et le développement au Sahel

NEW YORK (ONU) – Le ministre des Affaires étrangères et de la Communauté nationale à …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.