Le masque de retour ce 8 novembre dans les écoles primaires de 39 départements — RT en français


39 départements métropolitains sont repassés au niveau 2 des mesures sanitaires, que le gouvernement justifie par un regain de l’épidémie de Covid-19 (50 cas pour 100 000 habitants). Les enfants devront de nouveau y porter le masque à l’école.

L’obligation du port du masque pour les élèves fait son retour ce 8 novembre dans les écoles primaires de 39 départements français, une mesure que le gouvernement justifie par la hausse des infections au Covid-19. Les enseignants devaient déjà continuer de le porter.

Les départements concernés sont ceux «où le taux d’incidence s’est malheureusement restabilisé au-dessus de 50 [cas] pour 100 000 habitants», a expliqué le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal : par ordre alphabétique l’Ain, les Hautes-Alpes, les Ardennes, l’Aveyron, le Cher, la Corrèze, la Haute-Corse, les Côtes-d’Armor, la Creuse, la Drôme, l’Eure-et-Loir, le Gers, l’Ille-et-Vilaine, l’Indre-et-Loire, l’Isère, le Loir-et-Cher, la Haute-Loire, la Loire-Atlantique, le Lot, le Lot-et-Garonne, le Maine-et-Loire, le Morbihan, la Moselle, le Nord, l’Oise, les Pyrénées-Atlantiques, les Hautes-Pyrénées, les Pyrénées-Orientales, le Bas-Rhin, le Haut-Rhin, la Sarthe, la Savoie, la Seine-et-Marne, les Deux-Sèvres, le Tarn, le Tarn-et-Garonne, le Var, la Vendée et la Vienne.

Ces allers-retours risquent de créer de l’instabilité et de l’insécurité dans les écoles

Le gouvernement avait annoncé en septembre la fin du port du masque pour les élèves du primaire dans les départements les moins touchés par l’épidémie, où le taux d’incidence était inférieur à 50 cas pour 100 000 habitants pendant cinq jours consécutifs.  Début octobre, 47 départements avaient ainsi pu enlever le masque, suivis par d’autres les semaines suivantes. Au total, le port du masque à l’école avait été levé avant la Toussaint dans 79 départements. 

Mais dans la foulée, le masque était déjà redevenu obligatoire pour les élèves de primaire dans 21 départements, dont la Lozère et ceux de région parisienne. Auprès de l’AFP, Guislaine David, secrétaire générale du Snuipp-FSU, le premier syndicat du primaire, a estimé que «ces allers-retours risqu[aient] de créer de l’instabilité et de l’insécurité dans les écoles». Pour les 39 nouveaux départements concernés, le gouvernement en a fait l’annonce le 3 novembre : «On nous a laissé quatre jours, week-end compris, pour les avertir : « N’oubliez pas de mettre deux masques dans les cartables lundi ». Cette communication précipitée, on en porte la responsabilité sur le terrain alors même qu’on en fait nous aussi les frais», a déploré dans Le Monde Emmanuelle Maray, directrice d’une école élémentaire à Redon, en Ille-et-Vilaine, également syndiquée au SNUipp-FSU.

A partir de ce 8 novembre, 57 départements métropolitains et quatre territoires d’outre-mer (Réunion, Guadeloupe, Martinique, Guyane) appliquent désormais le masque porté en intérieur par les écoliers, prévu par le niveau 2 des mesures sanitaires. Mais les autres mesures qu’implique ce passage au niveau 2 (limitation du brassage, conditions d’organisation des cours de sport) n’entreront en vigueur que le 15 novembre, selon le gouvernement.

Source de l’hostilité de nombreux parents d’élèves, le port du masque à l’école avait été l’objet d’un recours en référé déposé, sans succès, devant le Conseil d’Etat par plus de 400 familles en mars 2021.


Source link

Check Also

Le gaz flambe, les Togolais se replient sur le charbon | Afrique | DW

A l’aide d’un éventail, Julienne Ajavon, attise le feu sous une casserole posée sur un …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.