Le grand dérapage !

Nous nous attendions depuis un moment au pire : l’homme est ainsi fait, à braver la tourmente, à avancer coûte que coûte en traînant son fardeau de peine et de malheurs. Mais le poids du tourment et l’usure du temps qui ne passe pas font, comme le serpent qui fait sa mue, qu’on finit par perdre le mince vernis que l’œuvre de milliers d’années d’évolution est parvenue à nous distinguer des hyènes et des vautours.

Et nous voilà ramenés à notre condition de prédateur insatiable et de nécrophage ! L’indicible horreur est survenue comme la gifle qui réveille les rêveurs et les morts : «Est-ce ainsi que les hommes vivent ?» pleurait déjà le poète, est-ce ainsi que le peuple de M’hand Ou’M’hand, de Nedjma, d’Issiakhem, de Khaldi chantant Bakhta ou de Mustapha Toumi nourrissant la voix d’El Anka, de Benguitoun pleurant Hizia et de bien d’autres poètes et troubadours dont la complainte m’obsède et m’interpelle en ces jours funestes. Est-ce ainsi, disais-je, que mon peuple a décidé de vivre ?

**Retrouvez l’intégralité de nos articles sur la version papier

L’article Le grand dérapage ! est apparu en premier sur El Watan.


Source link

Check Also

Contre l’occultation et l’oubli : La mobilisation des «enfants d’Octobre»

Pour que «vérité et justice» soient accordées aux survivants et aux enfants des disparus, une …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *