La proposition de la France d’instaurer une «safe zone» à Kaboul fait réagir à l’international — RT en français


Alors que la France doit porter, en compagnie du Royaume-Uni, une proposition de «safe zone» à Kaboul devant le Conseil de sécurité, les Russes ont fait savoir être prêts à la discussion, contrairement aux Taliban qui ont écarté cette éventualité.

Dans une interview au Journal du Dimanche le 29 août, Emmanuel Macron a fait savoir que la France allait porter, en compagnie du Royaume-Uni, le 30 août, un projet résolution devant le Conseil de Sécurité des Nations unies afin de «définir, sous contrôle onusien, une safe zone à Kaboul qui permette de continuer les opérations humanitaires». «Cela donnerait un cadre des Nations unies pour agir dans l’urgence, et cela permettra surtout de mettre chacun devant ses responsabilités et à la communauté internationale de maintenir une pression sur les Taliban», a-t-il ajouté.

La Russie favorable aux discussions

Une proposition qui a fait réagir aussi bien parmi les membres du Conseil de sécurité que les Taliban eux-mêmes. Le porte-parole de la présidence russe, Dmitri Peskov, a assuré que le Kremlin avait accueilli favorablement l’idée portée par la France et son allié d’outre-Manche.

«Bien évidemment, il faut discuter de cette proposition», a d’abord déclaré Dmitri Peskov, lors de son briefing téléphonique quotidien avec la presse le 30 août, précisant : «Il est très important d’évoquer toutes les modalités d’une telle zone, de ce régime, mais il faut avant tout comprendre la position des Taliban au sujet de cette idée.»

Les Taliban jugent l’idée «pas nécessaire»

Si la volonté d’un dialogue autour de l’idée portée par Emmanuel Macron a semblé intéresser Moscou, les Talibans n’ont pas été réceptifs à la proposition. Dans une interview accordée à Radio France le 29 août, le porte-parole du groupe islamiste armé, Suhail Shaheen, a clairement balayé d’un revers de la main l’éventualité avancée par le président français : «Ce n’est pas nécessaire. L’Afghanistan est un pays indépendant.»

«Pourrait-on créer une telle zone en France ou au Royaume-Uni ?», a-t-il également fait valoir, non sans une certaine ironie. «Bien que nous ayons accordé une amnistie, chaque Afghan pourra de toute façon, après le 31 août, voyager à l’étranger s’il le souhaite. Mais, comme c’est le cas dans n’importe quel pays, il ou elle devra avoir les documents appropriés, que ce soit des passeports ou des visas», a-t-il conclu.

De leur côté, les Etats-Unis ont annoncé organiser le 30 août une réunion entre les ministres des Affaires étrangères de leurs «partenaires clés» au sujet de la stratégie à adopter en Afghanistan. «Les participants discuteront d’une approche alignée pour les jours et les semaines prochains», était-il précisé dans un communiqué du département d’Etat mis en ligne le 29 août.

Des représentants de la France, du Canada, de l’Allemagne, de l’Italie, du Japon, du Royaume-Uni, de la Turquie, du Qatar, de l’Union européenne et de l’OTAN devraient participer à la réunion organisée en visio-conférence.

Pendant ce temps, les évacuations se poursuivent à Kaboul où environ 114 400 personnes, dont près de 5 500 citoyens américains, ont été évacuées d’Afghanistan au moyen d’un gigantesque pont aérien depuis le 14 août, à la veille de la prise de Kaboul par les Taliban.


Source link

Check Also

«La domination séculaire de l’Occident» a cédé la place à un système plus diversifié — RT en français

Lors d’une allocution au Club de discussion Valdaï à Sotchi, le président russe a évoqué …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *