La dette publique de l’Algérie a bondi entre 2010 et 2020 de 10,5% à 53,1% de son PIB

Selon la Banque africaine de développement

A court terme, les niveaux d’endettement régionaux resteront soutenables, selon la même source. A l’horizon 2025, ils avoisineront 100% du PIB en Algérie et Tunisie, circonscrits dans une fourchette de 77-78% du PIB en Égypte et au Maroc et de 57,9% en Mauritanie.

La croissance du Produit intérieur brut (PIB) réel en Afrique du Nord a été en moyenne négative en 2020, à -1,1% avec une baisse de -5,1 points de pourcentage par rapport à 2019.

Dans l’ensemble, les variables macroéconomiques se sont détériorées. Le déficit budgétaire moyen a doublé, (5,7% du PIB en 2019, 11,6% en 2020), et le déficit des comptes courants s’est accru de 4,9% à 8,8% du PIB.

C’est la conclusion de la Banque africaine de développement (BAD) dans son dernier rapport sur les perspectives de développement dans la région. Un document dans lequel la BAD alerte sur une rapide augmentation de l’endettement des Etats de la région.

C’est le cas pour l’Algérie où la dette publique a bondi entre 2010 et 2020 de 10,5% à 53,1% de son PIB. Ce même ratio est passé de 69,6% à 90,2% en Egypte, 43,9% à 59,5% en Mauritanie, 49% à 76,1% au Maroc et 39,2% à 87,6% en Tunisie. Les pays de la région ont en effet adopté des stratégies d’endettement différentes.

Retrouvez l’intégralité de nos articles sur la version papier


Post Views:
11



Source link

Check Also

Le Conseil de la nation prend part à la réunion du Comité exécutif de l’UIP

Foot/Amical (U20): l’Algérie et le Soudan se neutralisent (1-1) – lundi 26 septembre 2022 19:44 …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.