La découverte de la pénicilline


Cet article est issu du magazine Sciences et Avenir – Les Indispensables n°206, daté juillet/ septembre 2021.

Le 3 septembre 1928, de retour dans son laboratoire londonien après quelques semaines de vacances, Alexander Fleming trouve, sur un coin de paillasse, une boîte de culture pourrie. Boîte que tout chercheur sensé aurait jetée… Mais pas lui. Il décide d’y regarder de plus près.

Un jour capital pour la science

À l’époque, le médecin écossais s’intéresse à la bactérie Staphylococcus aureus, responsable, notamment, de pneumonies et de méningites. Avant de partir, il a mis en culture cette bactérie, dans le but de l’étudier à son retour. Or, en ce jour – capital pour la science – de septembre, il constate non seulement que l’une des boîtes a été contaminée par un champignon (de l’espèce Penicillium rubens), mais surtout que le staphylocoque ne s’est pas développé à proximité de la moisissure.


Source link

Check Also

Coronavirus : le point sur la pandémie dans le monde

Nouvelles mesures, nouveaux bilans et faits marquants : un point sur les dernières évolutions de …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *