La Chine et les Etats-unis prêts à coopérer sur le climat | International | DW

C’était l’annonce-surprise du jour : à quelques jours de la fin de la COP26 à Glasgow, les Etats-Unis et la Chine ont fait connaître leur intention de coopérer davantage dans la lutte contre le réchauffement climatique.

Les deux puissances antagonistes sont aussi les deux plus grands pays pollueurs de la planète. Alors, victoire pour l’environnement ou stratégie de communication façon « green washing » ? L’annonce divise.

Le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken et son homologue chinois Wang Yi, au sommet du G20

Le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken et son homologue chinois Wang Yi, au sommet du G20

Cet accord passé entre les Etats-Unis et la Chine est l’aboutissement de sept mois de négociations.

Peu de détails ont filtré mais les deux pays veulent mettre sur pied un groupe de travail commun dès 2022, en vue de réduire leurs émissions de carbone et de méthane.

Wang Wenbin, porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, s’en félicite en ces termes : 
« Cela montre une fois de plus que la Chine et les Etats-Unis peuvent coopérer sur des questions d’importance mondiale. La coopération entre la Chine et les Etats-Unis peut permettre de réaliser de nombreuses grandes actions bénéfiques pour les deux pays ainsi que pour les peuples du monde entier. »

Data visualization COP26 FR

Réactions positives

Antonio Guterres, le secrétaire-général de l’Onu, salue un « pas important ».

>>> Lire aussi : Pourquoi le méthane est-il dans le viseur de la COP26 ?

Le secrétaire d’Etat allemand à l’Environnement, Jochen Flasbarth, voit également d’un bon œil le fait que les plus gros pollueurs au monde renforcent leur coopération pour la protection du climat.

Julio Friedmann, du Centre Sipa pour la politique énergétique mondiale de l’Université de Columbia, va plus loin. Pour le chercheur, cette annonce est un « triomphe », surtout si la coopération sino-américaine s’étend à plusieurs secteurs-clefs.

« Nous ne pouvons pas atteindre nos objectifs sur la neutralité climatique sans cela, estime-t-il au micro de la DW. Ni les Etats-Unis, ni la Chine, ni beaucoup d’autres pays. Et pas seulement pour le secteur de l’électricité, c’est vrai aussi pour le secteur de l’industrie lourde, c’est là que la technologie de captage du carbone sera importante. »

Cette technique aussi dite de séquestration du CO2 dans les sols, les forêts ou les océans est présentée comme l’une des voies pour atteindre les objectifs de l’Onu en matière de climat.

Espoir prudent

Toutefois, la Chine reste sur ses objectifs à l’horizon 2030 : limiter le réchauffement « bien en deçà » de 2°C par rapport à l’ère préindustrielle, et si possible rester sous la barre des 1,5°C.

Les Etats-Unis avaient quant à eux déjà annoncé vouloir réduire leurs émissions de gaz à effet de serre de moitié en 2030 par rapport à 2005.

Pour l’instant l’Onu estime que le monde se dirige vers un réchauffement « catastrophique » de +2,7°C d’ici la fin du siècle.

D’où le manque d’enthousiasme des militants écologistes à l’annonce conjointe de la Chine et des Etats-Unis.

>>> Lire aussi : La crise climatique en 11 graphiques

L'agriculture et l'élevage intensifs sont des activités très polluantes

L’agriculture et l’élevage intensifs sont des activités très polluantes

Li Shuo, de Greenpeace Chine, attend que les deux puissances précisent leurs actes à venir à partir de cette « base » qui a au moins le mérite, selon lui, d’empêcher « un désengagement de l’un ou l’autre des deux pays mais pour que nous puissions résoudre le défi climatique, il y a clairement beaucoup plus à faire dans les deux pays. »

Li Shuo rappelle que le climat n’est pas une question qui se règle en bilatéral, mais qu’il concerne l’ensemble de l’humanité.

>>> Lire aussi : COP26 : les peuples autochtones demandent aux dirigeants d’agir

C’est demain vendredi [12.11.21] que doit être adoptée la déclaration finale de la COP26. Les pays pauvres réclament aux plus riches de tenir leurs promesses d’aides avant d’accepter de réviser leurs contributions nationales (NDC) dès 2022.




Source link

Check Also

Le gaz flambe, les Togolais se replient sur le charbon | Afrique | DW

A l’aide d’un éventail, Julienne Ajavon, attise le feu sous une casserole posée sur un …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.