L′horreur à Kampala, la rébellion extrémiste ADF accusée | Afrique | DW

Ce mardi 16 nomvebre fut une journée d’horreur pour certains Ougandais, notamment pour les forces de sécurité à Kampala. Au moins trois personnes ont été tuées et 33 blessées ce matin.

L’une des bombes a explosé à quelques mètres de l’entrée du Parlement national et une autre devant le commissariat central de police au cœur de la capitale, Kampala. Des attaques attribuées à des extrémistes locaux par le porte-parole de la police, Fred Enanga.

« Nous avons examiné les premières images provenant des caméras de vidéosurveillance après l’incident. Elles révèlent clairement comment un homme adulte avec une veste noire et un sac au dos fait exploser la bombe qu’il portait. Ses jambes ont été déchiquetées. Selon nous, c’est un kamikaze qui a attaqué le poste de police », a déclaré Fred Enanga.

Série d’attentats

Les attaques du mardi (16.11.2021) ont semé la panique dans le quartier d'affaires, où des corps déchiquetés et dispersés jonchaient le sol.

Les attaques du mardi (16.11.2021) ont semé la panique dans le quartier d’affaires, où des corps « déchiquetés » et « dispersés » jonchaient le sol.

La police ougandaise a par ailleurs, réussi à localiser et à faire désactiver d’autres engins non explosés en ville et un autre en banlieue. Les attentats surviennent seulement 20 jours après deux autres explosions dans un bar et une autre dans un bus qui avait tué 2 personnes.

Les autorités ougandaises affirment que toutes les attaques ont été planifiées et menées par les Forces démocratiques alliées, les ADF.

« Les caractéristiques des attaques indiquent clairement que les groupes radicaux liés aux ADF qui ont toujours eu le désir de mener des attaques meurtrières contre des cibles faciles à l’aide d’attentats-suicides et d’engins explosifs improvisés sont à l’origine de ces attaques. En outre, la nature des attaques est leur stratégie », a précisé le porte-parole de la police ougandaise.

Qui sont les ADF ?

La première attaque a été menée à un check-point situé près du quartier général de la police à Kampala.

La première attaque a été menée à un check-point situé près du quartier général de la police à Kampala.

Les Forces démocratiques alliées sont un groupe radical né en Ouganda et qui a fait souche en République démocratique du Congo voisine. Ce groupe rebelle extrémiste opère dans l’est de la RDC depuis plus de 25 ans. Il s’est longtemps opposé au pouvoir Yoweri Museveni, le président ougandais.

Les ADF sont accusés de nombreux crimes graves, notamment des massacres de civils. Mais dans le Nord-Kivu, leur mode opératoire n’est pas celui des attentats kamikazes.

“Ils utilisent plutôt des machettes et des fusils. Ce qui s’est passé à Kampala, si ce sont eux, alors c’est un mode opératoire emprunté aux djihadistes”, a estimé Saïd Bévien, chercheur et défenseur des droits humains en RDC.

Le groupe dijihadiste Etat islamique désigne les ADF comme sa « Province d’Afrique centrale ». En mars dernier, les Etats-Unis les ont officiellement déclarés affiliés au groupe Etat islamique.




Source link

Check Also

Le gaz flambe, les Togolais se replient sur le charbon | Afrique | DW

A l’aide d’un éventail, Julienne Ajavon, attise le feu sous une casserole posée sur un …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.