«Erriva» sous les verrous

Pour éviter une effervescence dont les contours ont commencé à prendre forme sur les réseaux sociaux, le parquet près le tribunal de Annaba a décidé, à la dernière minute, de faire comparaître, hier, le mis en cause dans l’affaire des vidéos appelant à la haine raciale.

Auditionné, le présumé accusé, poursuivi pour «discours de la haine comprenant un appel à la violence», a été transféré avec son dossier devant le président de la section pénale pour comparaître en citation directe. Face à l’appel du report demandé en audience par la défense de l’accusé, le procureur de la République a requis un mandat de dépôt. C’est ce qu’a prononcé le juge en reportant l’affaire au 30 août. Cependant, l’accusé est également poursuivi dans une autre affaire délictuelle d’«incitation au crime» et «atteinte à l’ordre public sur les réseaux sociaux» lors de l’annonce de la fermeture des plages, où il gérait un parking au niveau de la corniche de Annaba. Dans ce dossier, le même juge a prononcé la liberté provisoire. Rappelons que la première affaire fait suite à une plainte contre X déposée mardi dernier par la Ligue des droits de l’homme (LADH) au parquet du tribunal de Annaba, dénonçant les auteurs des appels à la haine raciale sur les réseaux sociaux. 

L’article «Erriva» sous les verrous est apparu en premier sur El Watan.


Source link

Check Also

Contre l’occultation et l’oubli : La mobilisation des «enfants d’Octobre»

Pour que «vérité et justice» soient accordées aux survivants et aux enfants des disparus, une …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *