Des psychologues au chevet des sinistrés en Kabylie : «Il faut une cellule d’écoute dans chaque village»

Il tombe sous le sens que les feux dévastateurs qui ont ravagé plusieurs wilayas du pays, causant des pertes humaines et matérielles considérables, laisseront des séquelles indélébiles, sur le plan psychologique, dans la vie des populations sinistrées.

L’ampleur du désastre est telle, que le choc risque, en effet, de hanter durablement les personnes qui ont été confrontées à ce cataclysme et qui, pour un grand nombre d’entre elles, et comme souvent en pareille situation, n’échapperont pas à ce que les spécialistes appellent «le syndrome de stress post-traumatique».

*Retrouvez l’intégralité de nos articles sur la version papier


Post Views:
0



Source link

Check Also

Élections locales anticipées du 27 novembre : Des rejets et des interrogations

De plus en plus de partis politiques se plaignent du rejet par les structures de …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *