Covid-19, le Bénin impose le pass sanitaire | Afrique | DW

24.678 cas enregistrés, 161 décès, 256 patients en cours de traitement sur les sites de prise en charge… Ce sont les chiffres que le Bénin affichait à la date du 18 octobre dernier en ce qui concerne la Covid-19. Même si comparé à certains pays, ces chiffres sont relativement bas, ils ne sont tout de même pas de nature à rassurer les autorités, d’autant que jusqu’à présent seules 263.442 personnes sur 12 millions de Béninois ont été vaccinées. Dans ce contexte, pas question donc de lever les mesures de restriction bien au contraire c’est le pass sanitaire qui s’impose.

Lire aussi : En Afrique, des méthodes alternatives contre la Covid-19

Une décision que Rodrigue Angelo Kpotchémé, délégué médical et ancien président de l’association béninoise des délégués médicaux approuve. Selon lui “ il n’y a pas d’autres mesures que de l’imposer (…) le vaccin est une très bonne chose et qui plus est, c’est gratuit. Je ne sais pas vraiment pourquoi aujourd’hui les gens s’échinent (…). Si les gens ne veulent pas se protéger autant qu’ils cherchent à protéger les autres, cela veut dire que le vaccin s’impose à vous…  » . Comme dans d’autres pays, certains restent réticents, voire méfiants envers les vaccins anti-Covid-19.

Les mesures de protection comme le port du masque sont toujours recommandées comme dans cette école de Cotonou.

Les mesures de protection comme le port du masque sont toujours recommandées comme dans cette école de Cotonou.

Inciter à la vaccination

Inciter à la vaccination, au Togo voisin, c’est dans cette perspective que les autorités ont conditionné l’accès aux bâtiments publics par un pass vaccinal ou un test PCR négatif. Une décision que la Cour constitutionnelle togolaise avait jugé par la suite discriminatoire suite à une requête du gouvernement. 
Selon Romain Abilé Houéhou le président de la Ligue pour la défense du consommateur au Bénin, les contextes sont différents. 
Il faut en temps que citoyen qu’on comprenne que notre liberté s’arrête là où commence celle des autres. S’il est dit que nous sommes en pleine pandémie et que les autorités politiques décident qu’il faudrait que tous les citoyens se dotent d’un passeport sanitaire, le Bénin et le Togo sont des pays amis, mais les instruments juridiques ne sont pas forcément les mêmes.

En imposant le pass sanitaire, les autorités veulent inciter les populations à se faire vacciner.

En imposant le pass sanitaire, les autorités veulent inciter les populations à se faire vacciner.

La gouvernance n’est pas la même mais je crois que la Cour Constitutionnelle du Togo s’est appuyée sur des instruments nationaux pour s’attaquer à la décision du pouvoir politique, mais je crois qu’ici, il s’agit d’un problème de santé publique ” précise t-il. 

Lire aussi : Covid-19 : les Béninois sont-ils prêts à se faire vacciner ?
Pour les autorités béninoises, c’est l’atteinte d’une couverture vaccinale satisfaisante contre la Covid-19 qui permettra la reprise des activités économiques et le retour progressif à une vie normale. Encore faut-il que les doses de vaccins soient disponibles pour tout le monde. Depuis fin septembre, le vaccin Astrazeneca était de nouveau disponible dans le pays qui a réceptionné en début de ce mois d’octobre 332.280 doses de Pfizer/Biontech.
 




Source link

Check Also

Léonce Houngbadji parle de son exil | Afrique | DW

« Exilé à Paris depuis 2018, Léonce Houngbadji revient sur les raisons qui l’ont conduit à …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *