Attentes des compagnies étrangères et espoir des entreprises algériennes

Activités hydrocarbures en Algérie

La dixième édition du Napec a permis au secteur pétrolier et gazier, après près de deux années de crise sanitaire, d’essayer d’entrevoir ce que sera le futur de cette branche d’activité.

L’Algérie, qui est un pays à forte dépendance aux hydrocarbures, est condamnée à miser non pas seulement sur la diversification de son économie, mais également à développer son potentiel en hydrocarbures et, pour se faire, le partenariat avec des compagnies étrangers s’avère plus que nécessaire.

Sonatrach a peut être les moyens de développer les gisements sur fonds propres, mais économiquement, ce serait insoutenable et même à risque car il s’agira d’explorer et de faire de la recherche sur de potentiels gisements pouvant s’avérer non productifs.

La compagnie nationale tente d’ailleurs depuis quelques années, et en l’absence de nouveaux contrats de partenariat, à augmenter sa production, mais le pari s’est avéré difficile surtout avec la baisse des cours du pétrole. Des discussions, nous dit-on, sont en cours avec des compagnies étrangères déjà en activité en Algérie autour de nouveaux projets.

Retrouvez l’intégralité de nos articles sur la version papier


Post Views:
85



Source link

Check Also

Le Conseil de la nation prend part à la réunion du Comité exécutif de l’UIP

Foot/Amical (U20): l’Algérie et le Soudan se neutralisent (1-1) – lundi 26 septembre 2022 19:44 …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.