un des fils de Mouammar Kadhafi libéré après sept ans de prison — RT en français


Les autorités libyennes ont annoncé avoir libéré Saadi Kadhafi, détenu dans une prison de Tripoli depuis 2014. A quelques mois des élections législatives et présidentielle, le gouvernement promet de s’engager vers une «réconciliation nationale».

En exécution d’une décision de justice rendue il y a plusieurs années, Saadi Kadhafi, l’un de fils de l’ancien dirigeant libyen Mouammar Kadhafi, a été libéré après sept ans de prison. «Saadi [Kadhafi] a été remis à sa famille conformément aux procédures légales», a confirmé le Gouvernement d’unité nationale dans un communiqué ce 6 septembre. Cette libération survient à quelques mois des prochaines élections législatives et présidentielle libyennes prévues en décembre prochain. 

Extradé du Niger le 6 mars 2014, où il avait fui après le renversement de Mouammar Kadhafi en 2011, l’ex-footballeur Saadi Kadhafi avait été jugé puis finalement acquitté en avril 2018 par la Cour d’appel de Tripoli du meurtre d’un ancien entraîneur du club de football Al-Ittihad de Tripoli, Bachir Rayani, commis en 2005. Il devait par ailleurs comparaître pour son implication présumée dans le meurtre d’opposants favorables à la destitution de Mouammar Kadhafi. 

Une libération au nom d’une politique de «réconciliation nationale»

Dans son communiqué, le Gouvernement d’unité nationale, installé en mars sous la houlette de l’ONU, a d’ailleurs rappelé son engagement à «libérer tous les prisonniers selon les décisions de justice, sans exception». Cet engagement s’inscrit dans un esprit de «réconciliation nationale inclusive, fondée sur l’application et le respect de la loi». 

Selon des médias libyens cités par l’AFP, Saadi Kadhafi, 47 ans, a quitté le territoire libyen dans la soirée du 5 septembre à bord d’un vol en direction de la Turquie. Aucun membre de la famille Kadhafi ne réside en Libye, la plupart ont trouvé refuge à Oman. Trois des sept fils de Mouammar Kadhafi sont morts en 2011, lors de l’intervention de l’OTAN.

L’un des survivants, Seif al-Islam Kadhafi, a évoqué en juillet dernier son souhait de concourir à la présidentielle afin de «restaurer l’unité perdue» de la Libye dans une rare interview accordée au New York Times. Accusé par la Cour pénale internationale d’avoir commis des crimes contre l’humanité, il fait l’objet d’un mandat d’arrêt international. 

La Libye a connu des années de guerre civile et de troubles politiques à la suite de l’intervention menée par l’OTAN en 2011. Le pays alors fracturé avait connu une seconde guerre civile entre le gouvernement d’entente nationale situé à Tripoli (reconnu par la communauté internationale) et le maréchal Khalifa Haftar. Le président algérien Abdelmadjid Tebboune avait par ailleurs révélé en juin dernier que son pays était prêt à intervenir en Libye si ce dernier s’était emparé de Tripoli.


Source link

Check Also

La France rappelle ses ambassadeurs aux Etats-Unis et en Australie pour consultations — RT en français

Ce site utilise des cookies. En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation, de la part …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *