RDC: les raisons de la destitution du ministre de l′économie | Afrique | DW

Les parlementaires congolais reprochent également à Jean-Marie Kalumba, nommé il y a un an par le président Félix Tshisekedi, de n’avoir pas pu élaborer et appliquer une politique cohérente pour soutenir les pêcheurs locaux, notamment dans le cadre du dossier des quotas de pêche obtenus par la RDC auprès de la Namibie.

« C’est la manifestation de la bonne santé démocratique de la République dans son ensemble. Pas nécessairement dans notre famille politique. Le parlement n’est pas une famille politique. Il y a des gens de toutes les familles politiques, majorité comme opposition, qui ont été négativement impressionnés par les performances du ministre et qui ont décidé de le sanctionner », explique au micro de la DW, Lambert Mendé Omalanga, député et membre de l’Union sacrée pour la nation qui soutient le président Félix Tshisekedi.

Justice

Le chargé de communication de l’Observatoire de la dépense publique salue lui aussi la destitution du ministre de l’économie. 

Cependant, Valérie Madianga souhaite que d’autres membres du gouvernement, soupçonnés de malversations financières, puissent subir le même sort et soient traduits en justice.

Selon lui, « il faudrait que le parquet donc la justice puisse se saisir. Nous sommes là avec un ministre qui a débloqué plus de six millions de dollars. La justice nous aiderait à savoir quels sont les acteurs qui ont été impliqués, d’abord au niveau du décaissement et aussi au niveau de l’utilisation. Tous ces acteurs doivent être sanctionnés. On ne peut pas tout simplement infliger une sanction politique et puis on se réjouit pour dire : voilà, la démocratie a triomphé. La démocratie, c’est aussi la justice, c’est aussi amener jusqu’à ce que le fond détourné soit reversé dans les caisses du Trésor public. »

Incompétence

Lambert Mendé Omalanga. affirme que les sanctions judiciaires ne sont pour l’heure pas à l’ordre du jour. « On a plus travaillé dans le sens de l’incompétence du ministre. Je ne pense pas qu’on doit nécessairement juger quelqu’un au pénal pour incompétence.

L’incompétence, c’est l’incapacité à assumer les fonctions auxquelles on a été appelé au sein d’un gouvernement. Une carence fonctionnelle, une carence peut-être intellectuelle aussi. Cela fait partie de la définition de l’incompétence », soutient l’ancien ministre de la communication et porte-parole de Joseph Kabila.

En janvier 2021, les parlementaires congolais avaient obtenu la démission du Premier ministre Sylvestre Ilunga Ilunkamba et de songouvernement, appartenant au Front commun pour le Congo de l’ancien président Joseph Kabila. 

Le FCC était pourtant majoritaire dans les deux chambres du parlement. Jean-Marie Kalumba a 48 heures, depuis le vote de sa destitution, hier donc, pour démissionner de ses fonctions.di




Source link

Check Also

Le gaz flambe, les Togolais se replient sur le charbon | Afrique | DW

A l’aide d’un éventail, Julienne Ajavon, attise le feu sous une casserole posée sur un …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.