Prison avec sursis pour deux membres de Génération identitaire ayant «stigmatisé» les migrants — RT en français


Thaïs d’Escufon, ancienne porte-parole de ce mouvement identitaire désormais dissous par les autorités, ainsi qu’un militant, ont été condamnés à de la prison avec sursis pour deux vidéos publiées en marge de l’opération «Defend Europe».

Deux membres de Génération identitaire ont été condamnés ce 9 septembre par la justice à deux mois de prison avec sursis et 3 000 euros d’amende. Thaïs d’Escufon, ancienne porte-parole de ce mouvement d’opposition à l’immigration, et le militant Jérémie Piano ont ainsi été condamnés pour des vidéos diffusées en marge d’une opération anti-migrants menée en janvier 2021. La première l’a été pour «injures publiques» et le second pour «provocation à la haine raciale».

Génération identitaire, depuis dissous par la justice «conformément aux instructions» d’Emmanuel Macron, avait alors organisé dans les Pyrénées une opération baptisée «Defend Europe» avec une trentaine de militants. Son objectif affiché était de tenter de repérer d’éventuels migrants illégaux à la frontière franco-espagnole et de les signaler aux forces de l’ordre. 

Lors de l’audience, qui s’était tenue le 16 juin en l’absence des prévenus, le procureur de la République de Saint-Gaudens, Christophe Amunzateguy, avait requis quatre mois de prison avec sursis et réclamé 4 000 euros d’amende pour chacun.

Il estimait que, dans une vidéo YouTube publiée deux jours après l’opération de Génération identitaire, Thaïs d’Escufon avait «stigmatisé» les migrants, en affirmant qu’il était «scandaleux qu’un migrant puisse traverser la frontière». 

Selon l’AFP, le procureur reprochait à ces propos de caractériser «ce passage de la frontière comme un danger». Et d’argumenter : «C’est une spéculation sur la notion de danger alors que rien n’est argumenté.»

«La question porte sur la liberté d’expression politique»

Jérémie Piano s’était pour sa part vu reprocher par le procureur un «appel à la révolte» et la «construction d’un discours stigmatisant», pour une vidéo dans laquelle le militant identitaire évoquait une «invasion migratoire» de «milliers de clandestins déjà en France [dont] probablement des voleurs, des violeurs et des terroristes en puissance».

«C’est une procédure très particulière, la question porte sur la liberté d’expression politique», avait néanmoins reconnu Christophe Amunzateguy.

L’organisation SOS Racisme, partie civile lors du procès, s’est félicitée de la décision de justice dans un message publié sur Twitter ce 9 septembre.

Lors de sa dissolution prononcée par le ministère de l’Intérieur début mars, Clément Martin, l’un des porte-parole de Génération identitaire interrogé par RT France, avait dénoncé une «volonté de criminaliser le discours anti-immigration dans ce pays».

Et de poursuivre : «On peut encore être hostile à l’immigration en France sans que ce soit ni condamnable, ni motif de dissolution.»




Source link

Check Also

un conseiller de Zelensky visé par une tentative d’assassinat, sa voiture criblée de balles — RT en français

La voiture de Serguiï Chefir, conseiller du président ukrainien, «a été atteinte par plus de …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *