positif au Covid, «l’ennemi sanitaire numéro 1» inculpé pour non respect de l’isolement — RT en français


Il était pour la police australienne «l’ennemi sanitaire numéro 1». Traqué par les autorités, un homme a été arrêté et inculpé pour n’avoir pas respecté l’isolement après avoir été testé positif au Covid-19.

La police australienne l’avait qualifié d’«ennemi numéro 1 de la santé publique», Anthony Karam, 27 ans a été interpellé à Sydney le 26 août. Le «fugitif covid» avait été testé positif au coronavirus le 14 août mais aurait refusé de s’isoler, selon la police, comme l’exigent les mesures sanitaires en Nouvelle-Galles du Sud.

J’étais isolé tout le temps, mec

Il avait donné une fausse adresse aux autorités puis avait disparu. Les forces de l’ordre ont alors émis un mandat d’arrêt à son encontre et publié une photo du jeune homme ainsi que sa description. Présenté comme mesurant environ 1,70 m, d’apparence méditerranéenne/moyen-orientale, avec une silhouette mince, des cheveux noirs coupés courts, des yeux marron, une barbe et une moustache. L’avis de recherche précisait toutefois à la population d’éviter tout contact avec lui et d’appeler les urgences.

«Il n’est pas seulement un danger pour la communauté, mais pour lui-même car il est malade et on a pu le voir tousser lorsqu’il a été vu pour la dernière fois dans un immeuble», a déclaré un porte-parole de la police cité par The New Zealand Herald, un quotidien néozélandais. 

Après des recherches actives, les forces de l’ordre ont interpellé Anthony Karam dans un appartement de Wentworth Point, une banlieue de Sydney, le 26 août. L’arrestation a été filmée par des journalistes présents sur place à qui le jeune homme menotté a lancé: «J’étais isolé tout le temps, mec».

Toujours selon le quotidien néozélandais, l’homme a été emmené au poste de police de Bankstown avant d’être inculpé pour 13 infractions, notamment pour ne pas s’être isolé, ne pas s’être conformé aux instructions sur le Covid-19 et non-port du masque. Anthony Karam s’est vu refuser la libération sous caution et devait comparaître ce 27 août devant le tribunal local de Bankstown. Une journaliste a rapporté ce jour sur Twitter que la libération conditionnelle a, de nouveau, été refusée et que sa prochaine comparution aura lieu le 23 septembre. 




Source link

Check Also

Léonce Houngbadji parle de son exil | Afrique | DW

« Exilé à Paris depuis 2018, Léonce Houngbadji revient sur les raisons qui l’ont conduit à …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *