Marioupol: une nouvelle tentative d′évacuation des civils s′organise | International | DW

45, c’est le nombre de bus que le gouvernement ukrainien prévoit d’envoyer pour évacuer les civils bloqués dans la ville assiégée de Marioupol. Cette décision a été prise alors que la Russie s’est déclarée « prête à ouvrir l’accès aux convois humanitaires depuis Marioupol« , en direction de la ville de Zaporojie à quelque 220 kilomètres au nord-ouest. Selon la vice-Première ministre ukrainienne, Iryna Verechtchouk, dix-sept bus sont déjà en route.

(Re)lire aussi: Guerre en Ukraine : témoignages de Marioupol, ville assiégée

Une situation difficile

Quelques 160.000 civils seraient encore bloqués à Marioupol, une ville stratégique située sur la mer d’Azov qui est assiégé et pilonnée par les forces russes depuis fin février. 

Les habitants comme Volodymyr Andreev qui ont réussi à quitter la ville font état de conditions terribles avec des civils terrés dans des caves et privés d’eau, de nourriture et de communication, des cadavres dans les rues et des bombardements très violents. 

Vue aérienne d'un quartier de Marioupol bombardé.

Vue aérienne d’un quartier de Marioupol bombardé.

« Ma femme m’a demandé si j’avais peur. J’ai dit que non, j’espérais seulement que je ne serais pas blessé. Et sinon ? La maison tremblait, les vitres tremblaient. Nous avons été bombardés. Nous sommes restés pendant trois semaines sans lumière, eau, gaz et chauffage avec des températures inférieures à zéro. Des souvenirs épouvantables » explique t-il.

(Re)lire aussi: A Marioupol, on enterre les enfants dans des fosses communes

Des questions sans réponses

Moscou a annoncé mercredi soir un cessez-le-feu local à partir de ce jeudi pour ouvrir un couloir humanitaire « avec la participation directe de représentants du Haut-Commissariat de l’Onu pour les réfugiés et du CICR », le Comité international de la Croix-Rouge qui se dit prêt à diriger cette opération « vitale » à partir de vendredi, mais à condition toutefois que les garanties soient réunies.

 Julien Lerisson, directeur adjoint des opérations pour le CICR explique que l’organisation se prépare pour  » atteindre Marioupol et accompagner et escorter ces bus à partir de demain (vendredi)« .

Il reconnait toutefois ne pas savoir combien de temps durera l’évacuation ni combien de persones  seront évacuées. Mais espère que ce sera « autant que possible« . Le CICR a déjà tenté à plusieurs reprises d’organiser des évacuations depuis Marioupol, sans y parvenir.

Depuis le début de la guerre il y a cinq semaines, plus de quatre millions d’Ukrainiens auraient été contraints de quitter leur pays, selon l’Agence des nations unies pour les réfugiés.




Source link

Check Also

Le gaz flambe, les Togolais se replient sur le charbon | Afrique | DW

A l’aide d’un éventail, Julienne Ajavon, attise le feu sous une casserole posée sur un …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.