Les villages peinent à panser leurs blessures

Un mois après les incendies qui ont ravagé la haute Kabylie

Il faudra sans doute beaucoup de temps à la forêt pour reverdir et aux hommes pour guérir de toutes leurs blessures. Et aux villages détruits pour renaître de leurs cendres comme le Phénix.

Face à un massif du Djurdjura plongé dans la brume, la ville de Aïn El Hammam est grouillante de vie en ce jeudi 9 septembre de cette année 2021 marquée par la sécheresse, l’épidémie de la Covid et les incendies meurtriers de l’été. Comme dans la plupart des agglomérations algériennes qui ne sont faites ni pour les voitures ni pour les humains, le centre-ville est comme toujours bloqué par une circulation automobile démentielle.

Un peu plus loin, perché sur une colline que le feu a dévorée de toutes parts avec voracité, le village d’Azrou Kollal semble tellement paisible qu’il donne l’impression d’avoir été déserté. En réalité, les habitants s’activent telles des fourmis et la vie reprend petit à petit son cours brutalement interrompu par un déluge de feu un jour d’août.

Malgré les images de désolation qu’offrent encore les squelettes calcinés des frênes et des oliviers gisant ça et là, les maisons noircies par les flammes et tout le triste spectacle d’une tragédie qui hante encore les cœurs et les esprits, l’espoir renaît. Faible et fragile, comme des bourgeons et de timides feuilles sur une souche d’arbre noircie par les flammes.


Post Views:
34



Source link

Check Also

Le match retour Niger – Algérie se jouera a 17h au lieu de 20h – الشروق أونلاين

C’est officiel le match retour entre le Niger et l’Algérie aura lieu bel et bien …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *