Les religieux à la rescousse de la paix au Mali | Afrique | DW

A l’initiative de l’imam Mahmoud Dicko et du centre qui porte son nom dont les actions sont orientées vers la recherche de la paix et du vivre-ensemble dans les pays du Sahel, des figures de l’islam ainsi que celles des Eglises chrétiennes du Mali se sont retrouvées ce week-end à Bamako pour appeler le peuple malien au sursaut national face aux multiples crises qui déchirent le pays.

Celles-ci envisagent de mener plusieurs actions dans les jours et semaines à venir en vue d’un retour rapide à la paix et à la cohésion sociale au Mali.

Un programme détaillé 

Ce que préconisent les leaders religieux maliens :

  • L’appel au sursaut national pour favoriser la paix dans le pays. Un mémorandum des autorités religieuses, coutumières et traditionnelles sera produit et diffusé à cet effet.
  • Il y aura ensuite un plaidoyer en faveur de la paix et de la réconciliation nationale auprès des autorités de la transition, de la société civile, des groupes armés en rupture de ban avec l’Etat ou encore de la communauté internationale.

Mieux vaut tard…

Mohamed Yattara, vice-président de la fédération des églises évangélistes et baptistes du Mali estime que les leaders relieux « auraient dû se retrouver, parler d’une même voix, être les porteurs de cette espérance, de ce Mali nouveau que nous appelons de tous nos vœux, de tout notre cœur », dès le début des crises en cours.

Mais, selon lui, « il n’est jamais trop tard pour faire le bien. Maintenant que cela s’est réalisé, nous ne pouvons que les féliciter, les saluer. »

C'est le centre de l'influent imam Mahmoud Dicko qui a lancé cette initiative

C’est le centre de l’influent imam Mahmoud Dicko qui a lancé cette initiative

Un réunion diverse

La rencontre a regroupé autour de la même table, outre l’imam Mahmoud Dicko, Cherif Ousmane Madani Haidara, Président du Haut Conseil Islamique du Mali ( HCI), le Cardinal Jean Zerbo, Archevêque métropolitain de Bamako, et le Révérend Nouh Ah Infa Yattara, délégué général de l’Association des groupements d’Églises et missions protestantes évangéliques du Mali (AGEMPEM).

Attention laïcité ?

Selon l’islamologue, Al Hassan Bah, il y a un vide que les religieux tentent de combler. Mais il met en garde : « Il faut beaucoup faire attention aussi, car l’implication des religieux doit être limitée au niveau des actions civiles pour qu’elle ne ressemble pas à la politique politicienne. Cela risquera de nous plonger dans d’autres dimensions de la crise. »

>>> Lire aussi : Soumeylou Boubèye Maïga sous mandat de dépôt

Le chercheur Modibo Galy Cissé est plus optimiste. Selon lui, les leaders religieux à travers cette initiative entendent désormais prendre toutes leurs responsabilités face aux dangers qui guettent le Mali.

D’après lui, l’action pourrait porter ses fruits :  » A mon avis, les échanges seront obligatoirement destinés à ceux qui nous dirigent aujourd’hui et à l’ensemble du peuple malien. La transition, la gestion qu’elle fait du pays, la situation sécuritaire et même la justice qui est d’actualité. »

Le chercheur rappelle la proximité de certains leaders religieux avec des responsables politiques, y compris des « hommes politiques qui sont aujourd’hui traqués par la justice. »

Une journée de prière pour le retour de la paix et la réconciliation  annoncée pour les semaines à venir, est également au menu des recettes des leaders religieux maliens.

 




Source link

Check Also

Le gaz flambe, les Togolais se replient sur le charbon | Afrique | DW

A l’aide d’un éventail, Julienne Ajavon, attise le feu sous une casserole posée sur un …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.