Les chefs d’état-major de l’OTAN se réunissent à Athènes sur fond de tensions franco-étasuniennes — RT en français


Les chefs d’état-major de l’OTAN se réunissent du 18 au 19 septembre à Athènes. Une réunion marquée par les tensions entre la France et les Etats-Unis à la suite de la vente achoppée de sous-marins à l’Australie que l’Alliance tente d’amoindrir.

Une réunion des chefs d’état-major de l’OTAN se déroule du 18 au 19 septembre à Athènes (Grèce) dans un contexte marqué par les tensions entre la France et les Etats-Unis au sujet de la vente de sous-marins à l’Australie. Le Premier ministre australien avait en effet exprimé d’importantes réserves sur la technologie hexagonale au profit des navires américains à propulsion nucléaire, ce qui a provoqué la colère de Paris

L’amiral Rob Bauer, président du comité militaire de l’Alliance, a toutefois assuré auprès de l’AFP que cela n’aurait aucune incidence sur la «coopération militaire» au sein de l’alliance Nord-Atlantique. «Il peut y avoir des implications ou des conséquences en résultat de cet accord, mais je ne prévois pas pour le moment qu’il puisse avoir un impact sur la cohésion au sein de l’Otan», a-t-il assuré.

Pour autant, la tonalité est bien différente côté français : sur France 2, le 18 septembre, Jean-Yves Le Drian, le ministre français des Affaires étrangères, avait en effet considéré que la récente annulation de la commande australienne au profit d’un partenariat stratégique entre Washington, Londres et Canberra, pèserait sur l’avenir de l’OTAN. Le chef de la diplomatie française a regretté le torpillage d’un méga-contrat avec Canberra, dénonçant un «mensonge […], une duplicité […], une rupture majeure de confiance [et un] mépris» de la part des alliés de la France.

Quid d’une rencontre entre les chef d’état-major américain et français ? 

Pour sa part le général Thierry Burkhard, chef d’état-major de l’armée française, a fait état sur Twitter de ses rencontres avec ses différents homologues roumain, polonais autour des «enjeux de sécurité en Europe centrale et orientale et sur [leur] coopération au Sahel».

Il a également rencontré son homologue danois avec lequel il a annoncé «faire le point sur [leurs] engagements communs au Sahel dans Takuba, dans le Golfe arabo-persique dans Agenor et dans le golfe de Guinée contre la piraterie». Néanmoins, aucune information officielle ne fait état, pour l’heure, d’une rencontre entre le général Thierry Burkhard et ses homologues britannique et américain. 

Un «épisode qui va laisser des traces» ? 

Du côté de Washington, Joe Biden aurait sollicité un entretien téléphonique auprès d’Emmanuel Macron. «Il y aura un échange téléphonique dans les tout prochains jours», a assuré Gabriel Attal, porte-parole du gouvernement, sur le plateau du magazine BFM Politique (BFMTV) le 19 septembre.

Interviewé par LCI, Pascal Boniface, directeur de l’Institut de relations internationales et stratégiques, a estimé que «cet épisode va laisser des traces», mais sans se traduire nécessairement par une sortie de l’OTAN : «Quitter l’Otan serait un geste fort, mais je doute qu’Emmanuel Macron aille jusque-là.», a-t-il estimé.




Source link

Check Also

rencontre de haut niveau entre la France et Israël, Paris demande «des garanties» — RT en français

Une rencontre entre responsables israélien et français a eu lieu pour apaiser les tensions liées …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *