Lendemain de putsch en Guinée | Afrique | DW

« Il faut mettre fin à l’impunité »

Abdourahmane Sano, le coordinateur national du Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC), explique à la DW son « soulagement » de voir la fin de ce « régime qui avait viré dictatorial », notamment du fait de l’entourage du président Condé, « systématiquement nocif ». Mais le chef du FNDC met en garde contre un « grand défi » qui se présente aujourd’hui à la Guinée, pour sortir de la spirale des coups d’Etat. Abdourahmane Sano affirme que les militants du FNDC qui avaient été emprisonnés suite aux manifestations gens « sont en train d’être libérés ». Et il annonce vouloir discuter avec les nouveaux dirigeants pour faire libérer les autres prisonniers politiques, civils, policiers ou militaires, afin qu’ils retrouvent la « plénitude de leurs droits ». 

>>> Lire aussi : La répréssion des opposants se poursuit en Guinée

Abdourahmane Sano réclame désormais « qu’on fasse l’audit des institutions comme la Cour constitutionnelle, la Ceni, l’Assemblée nationale, le Conseil économique et social -pratiquement toutes les institutions – au niveau des départements ministériels pour qu’on puisse savoir quel est le niveau aujourd’hui des pillages opérés » et que ceux qui s’en sont rendus coupables soient jugés « quel que soit leur niveau ». Ensuite, il faut selon lui réactiver la clause prévue par la Constitution de 2010 qui rendait les crimes économiques imprescriptibles, pour mieux lutter contre l’impunité.

« Primauté à la justice » (Mamady Doumbouya)

Le chef du CNRD, le colonel Mamady Doumbouya, vient d’annoncer qu’il n’y aurait « pas de haine vis-à-vis de quiconque ». Le chef des putschistes promet que, « désormais, primauté sera donnée à la justice ». Le site MediaGuinée précise qu’il a sommé les anciens dirigeants de rendre leurs documents de voyage et véhicules de fonction. Mamady Doumbouya a fait savoir qu’aucun responsable du régime déchu d’Alpha Condé ne pourrait quitter la Guinée sans autorisation des nouvelles autorités.

Les putschistes promettent un gouvernement « d’union ». Ils assurent que la Guinée tiendra ses engagements économiques et miniers, un message à destination des investisseurs.

Les images « terribles » d’une « fin de règne tragique ».

Ce sont les mots employés par Sorel Keïta, le président du Collectif pour la transition en Guinée (CTG), qui réagit sur le site Guinéenews à la prise de pouvoir par les militaires, hier, à Conakry. Selon lui,  Alpha Condé a été renversé à cause de ses « dérives dictatoriales », qui ont mis en évidence « le dysfonctionnement des institutions par l’instrumentalisation de la justice, par la pauvreté, la corruption endémique ». Ce renversement était prévisible, d’après Sorel Keïta qui affirme, au nom du CTG « nous sommes ravis », suite au discours du président du CNRD .

« Alpha Condé ne peut s’en prendre qu’à lui-même »

Dans une interview à la DW, Amadou Bah Oury, le président de l’Union pour la démocratie et le développement (UDD), c’est Alpha Condé « lui-même qui a été à la base de ce qui fait qu’aujourd’hui ».

L’obstination du président déchu « à user de tous les moyens pour changer la Constitution de 2010 en violant les dispositions d’intangibilité, en usant de la violence contre des populations civiles pour y parvenir » fait qu’ »il se retrouve humilié et obligé d’avoir une sortie qui n’est pas du tout honorable ».

 

Bah Oury estime que l’alternance par la force était la seule façon de changer de dirigeant mais il réclame une « feuille de route […] claire » afin de garantir, dans un « laps de temps limité » un retour à un pouvoir civil. Bah Oury se félicite de l’invitation faite aux anciens dirigeants de se livrer de leur plein gré et également de l’initiative des putschistes de convoquer les acteurs politiques du pays pour discuter ensemble de l’avenir de la Guinée.

Le parti CADRE félicite le CNRD

Le parti CADRE remercie les putschistes d’avoir mis fin aux agissements « d’un clan mafieux qui avait pris le pays en otage. » Il invite toutefois les nouveaux dirigeants, dans un communiqué, « à éviter les erreurs du passé en prenant tout son temps afin de mettre en place les véritables bases d’un processus démocratique inclusif ».

Réaction du ministère allemand des Affaires étrangères

Lundi matin (06.09.), une porte-parole du ministère a déclaré:

« Les évolutions en Guinée nous préoccupent grandement. Nous condamnons fermement la tentative de prise du pouvoir par les armes.

La Cédéao et l’Union africaine ont appelé les putschistes à libérer le président Alpha Condé et les autres prisonniers sans conditions et de rétablir sans attendre l’ordre constitutionnel. Nous soutenons la demande de la Cédéaoo et de de l’Union africaine et appelons toutes les parties prenantes à renoncer à faire usage de la violence. »

Les anciens ministres concvoqués de force

Les putschistes convoquent les ministres de l’ancien gouvernement à se rendre au Palais présidentiel, à 11h TU.

Le communiqué de l’Union africaine qui « condamne »

 

Scènes de liesse, dimanche, à Conakry…

…à l’annonce du renversement d’Alpha Condé. Vous avez pu entendre sur notre antenne des habitants de Conakry crier leur joie, leur « fierté » et même, à l’instar d’une passante euphorique: « Vive la liberté! A bas l’esclavage! ».




Source link

Check Also

quels enjeux pour les électeurs du pays ? — RT en français

A l’occasion des législatives organisées en Russie du 17 au 19 septembre 2021, les électeurs …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *