Le putsch vu par les régions de Guinée | Afrique | DW

Les militaires du Comité national pour le rassemblement et le développement (CNRD) s’installent progressivement au pouvoir en Guinée. Ils avaient annoncé hier [06.09.21] le remplacement des préfets, sous-préfets et gouverneurs de région par des militaires. Sitôt dit, sitôt fait : la passation de pouvoir a déjà eu lieu dans des régions que nous avons contactées aujourd’hui.

A Kankan, le RPG condamne le coup d’Etat

Commençons par la préfecture de Haute-Guinée, à Kankan, à près de 700 kilomètres de Conakry. Cette ville de l’est de la Guinée est la région d’origine du lieutenant-colonel Mamady Doumbouya, le chef des putschistes, et celle du président Alpha Condé.

>>> Lire aussi : Amadou Bah Oury : « Alpha Condé doit s’en prendre à lui-même »

Dès ce matin, les nouvelles autorités militaires ont donc pris place au gouvernorat et à la préfecture de Kankan. Selon Timbo Barry, un habitant, l’ambiance est cependant mitigée.

Des partisans d'Alpha Condé à Kankan, lors de la campagne pour la présidentielle 2020

Des partisans d’Alpha Condé à Kankan, lors de la campagne pour la présidentielle 2020

Il y a ceux qui saluent le coup d’Etat et ceux qui sont contre. Kankan est le plus important réservoir électoral du pays et aussi le fief du parti RPG du président Alpha Condé. Mamby Camara est le coordinateur régional du RPG.

>>> Lire aussi : La Guinée de nouveau entre les mains des militaires

Il rappelle que « le président Alpha Condé a été élu pour six ans » et selon lui, « Depuis l’indépendance, aucun autre président n’a autant travaillé qu’Alpha Condé. En dix ans, il a pu faire ce que les deux régimes passés n’ont pas pu faire en 50 ans. Nous nous organiserons pour protester contre le coup de force des militaires ».  

Le putsch bien accueilli en Guinée forestière 

A Nzérékoré, dans le sud-est de la Guinée, où des partisans de l’opposant Cellou Dalein Diallo ont protesté contre les résultats de la présidentielle l’an dernier, Mamadou Diawné pense que le putsch est majoritairement bien accueilli.

Il témoigne de gens « sortis dans les rues pour assister à la passation de pouvoir au niveau de la préfecture et ils étaient visiblement contents ». Et il ajoute : « pour les citoyens de Nzérékoré, c’était clair, ici c’était Cellou Dalein Diallo qui avait gagné ! »

La joie à Dabola, dans le centre de la Guinée

A Dabola, par exemple, le sociologue Mamadou Sounoussy Diallo dit ne pas être surpris par la liesse déclenchée par le coup d’Etat. Il raconte s’être rendu dimanchce dans différents villages et aujourd’hui en ville : « La population est dans la joie. Tous les ingrédients étaient réunis afin que ce régime tombe. La dictature, les arrestations et détentions arbitraires, l’instrumentalisation de la justice… »

Mamadou Sounoussy Diallo se veut toutefois prudent. S’il affirme que le peuple guinéen attendait un « messie », il refuse de considérer le lieutenant-colonel Mamady Doumbouya comme ce messie. A l’instar de beaucoup de Guinéens, il préfère juger le CNRD à ses actes.




Source link

Check Also

50% des cyberattaques menées depuis les Etats-Unis, Moscou réclame des comptes — RT en français

Disant prendre acte des «accusations non-fondées» d’élections «non-libres», l’ambassade russe aux Etats-Unis a réclamé des …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *