Le jour d’après : Retour sur l’enfer des incendies

Des murs de flammes d’une hauteur de 50 à 60 mètres, des boules de feu qui avancent à une vitesse fulgurante, puis des êtres humains, des forêts, des champs, des vergers qui disparaissent en quelques instants.

Des dizaines de vies carbonisées en un clin d’œil dans des incendies traîtres qui prennent à revers ceux qui osent s’en approcher. Pendant une semaine, l’enfer s’est invité sur Terre au point qu’il faut recourir à l’analyse ADN pour reconnaître des proches et leur donner une sépulture. Plusieurs jours après le passage dévastateur du feu dans des dizaines de localités, les habitants de la Haute Kabylie tentent de recoller quelques morceaux d’une vie réduite en cendres. On ne revient pas indemne de l’enfer. Impossible d’effacer ces images d’horreur qui tournent en boucle dans leur tête. Vêtue d’un linceul de cendre, la mort danse au milieu des décombres encore fumants. Cette cendre qui vous colle à la peau, aux vêtements, à la langue. Cette cendre, vous la respirez, la mangez, la buvez à chaque instant.

*Retrouvez l’intégralité de nos articles sur la version papier


Post Views:
280



Source link

Check Also

Mascara : Alerte à la nuisance sonore des cyclomoteurs

La pollution sonore causée par les mobylettes et autres motos de grosses cylindrées fait rage …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *