la «générosité» française génère un «appel d’air» — RT en français


Les mineurs non-accompagnés affluent en France en raison du généreux accueil qui leur est réservé sur le territoire selon la directrice de la protection judiciaire de la jeunesse du ministère de la Justice, auditionnée par les parlementaires.

La «générosité» de la prise en charge des mineurs isolés étrangers génère un «appel d’air» des flux migratoires vers la France, a estimé le 8 septembre une responsable du ministère de la Justice, auditionnée par la commission d’enquête parlementaire sur les migrations.

«Le ministère de l’Intérieur a raison d’être vigilant sur l’appel d’air que constitue notre dispositif de protection de l’enfance, à la fois dans une logique de flux, mais surtout parce qu’il faut mesurer le parcours migratoire de ces enfants, qui sont envoyés parce qu’on sait que l’Europe protège les enfants, [et qui arrivent] fracassés», a déclaré Charlotte Caubel, directrice de la protection judiciaire de la jeunesse (DPJJ) du ministère de la Justice.

Elle a ensuite ajouté : «Il est de notre responsabilité de faire attention à cet appel d’air spécifique qui met les mineurs en danger […] de ne pas être naïfs dans notre générosité et donc de ne pas dire que toute personne arrivant et se prétendant mineure doit être protégée, entrer dans les dispositifs [réservés aux enfants].»

Des protestations indignées des parlementaires l’auditionnant se sont alors fait entendre, dont celle de l’élue LREM Stella Dupont : «Je n’en peux plus d’entendre ce terme d’appel d’air qui ne correspond pas à la réalité.» Charlotte Caubel a donc précisé la problématique de la prise en charge des mineurs non-accompagnés (MNA). L’enjeu, selon elle, serait que «des majeurs ne bénéficient pas de cette protection, sauf à noyer nos dispositifs».

Et de déplorer : «Quand mes éducateurs passent deux ans à prendre en charge des personnes qui vont finir par donner leur identité et qu’ils ont 25 ou 28 ans, c’est de l’énergie qu’ils ne mettent pas pour les vrais mineurs.»

Environ 9 500 mineurs non-accompagnés ont été placés en 2020, soit quasiment deux fois moins qu’en 2019 (16 760, soit -43%), en raison notamment de la chute des flux migratoires liée au Covid, selon les chiffres de la DPJJ. Lancée en mai à l’initiative du groupe composite Libertés et territoires (LT), la commission d’enquête parlementaire sur les migrations doit rendre ses travaux en novembre.


Source link

Check Also

Daesh revendique des attaques contre les Taliban à Jalalabad — RT en français

Via deux communiqués, Daesh a revendiqué trois attentats à la bombe contre trois véhicules taliban, …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *