L′OMS se dote d′un centre de détection précoce des pandémies | International | DW

L’Organisation mondiale de la santé veut mieux se préparer à faire face à de nouvelles urgences sanitaires, telles que la pandémie de Covid-19. L’organisation dispose désormais d’un Centre de recherche et de détection précoce des épidémies qui a été inauguré ce mercredi (01.09.2021). Ce centre, basé à Berlin, bénéficie d’une contribution financière de l’Allemagne. Et c’est un Nigérian qui en est le premier directeur. 

Etre préparé pour mieux agir à l’avenir

Une équipe de l'OMS en Chine pour recueillir des informations sur l'origine de la Covid-19 (Archives - Shanghai, 10.02.2021)

La vraie origine de la Covid-19 demeure inconnue

C’est en effet Chikwe Ihekweazu, l’actuel directeur du Centre de contrôle des maladies au Nigeria, qui a été choisi comme tout premier directeur du Centre de recherche et de détection précoce des épidémies.

Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), la pandémie de Covid-19 a montré que le monde n’était pas prêt à réagir de manière rapide et efficace face à une pandémie. Le nouveau centre devrait donc combler ces lacunes.

>>> Lire aussi : Santé en Afrique, de nombreux défis à relever

Pour Michael Ryan, directeur exécutif du programme d’urgence sanitaire de l’OMS, « trois éléments sont essentiels à une réponse efficace à une épidémie ou à une pandémie : être prêt, être rapide et être agile. Nous devons nous adapter à ce qui se passe et à la réalité d’une urgence sanitaire évolutive qui n’est jamais tout à fait ce que vous aviez prévu ou ce à quoi vous vous attendiez ».

Le Centre de recherche et de détection précoce des épidémies travaillera sur la base d’informations provenant des pays où l’OMS est présente, des bureaux régionaux et du siège de l’organisation à Genève.

Une plateforme utile au monde entier

Un médecin injecte à un élève de 12 ans, le vaccin BionTech/Pfizer avant la rentrée des classes aux Etats-Unis (Archives - Floride, 09.08.2021)

Au moins 15 millions de doses de vaccins anti-Covid ont été jetées aux Etats-Unis depuis le 1er mars, selon le média américain NBC

Les données reçues par le centre seront ensuite évaluées à Berlin. « Il s’agit de prélever et compiler des données mondiales, de les traiter. Et les résultats du travail de ce centre seront ensuite partagés avec tous les Etats », explique la chancelière allemande Angela Merkel.

L’idée de la mise sur pied d’un tel centre a émergé en 2020, lors d’une discussion avec la chancelière allemande, indique Tedros Adhanom Ghebreyesus le directeur de l’OMS qui a décerné à Angela Merkel le prix du leadership mondial de l’Organisation mondiale de la santé.

« Votre héritage pour la santé mondiale sera bien plus que votre nom sur une plaque sur un mur à Berlin. Il sera gravé dans la vie des gens du monde entier pour les années à venir, qui profiteront d’une vie plus saine et plus sûre grâce à vous », a lancé le directeur de l’OMS à l’endroit de la dirigeante allemande.

L’Allemagne, qui a déjà contribué à la création du centre, donnera une participation annuelle de 30 millions d’euros, a annoncé le ministre de la Santé Jens Spahn.




Source link

Check Also

Daesh revendique des attaques contre les Taliban à Jalalabad — RT en français

Via deux communiqués, Daesh a revendiqué trois attentats à la bombe contre trois véhicules taliban, …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *