Journée internationale des victimes des disparitions forcées : Un rassemblement des familles des disparus empêché

Le rassemblement des associations SOS Disparus et le CFDA, prévu hier devant le siège du CNDH à Alger, à l’occasion de la Journée internationale des victimes des disparitions forcées, a été empêché. «A peine 10 minutes après l’arrivée des mères de disparus, qu’un nombre important de policiers, venus dans au moins 5 voitures de police, ont dispersé les manifestantes. Ils les ont menacées de leur arracher les photos si elles ne quittent pas les lieux», indique un communiqué des deux associations, qui dénonce «l’interdiction de ce rassemblement qui devait se tenir sous l’enseigne du Conseil national des droits de l’homme». «Le CFDA et SOS Disparus dénoncent ce comportement d’un autre âge et condamnent avec force ces actes qui portent atteinte à la dignité de la personne», lit-on dans ce communiqué.

Cette manière d’agir, ajoute la même source, «n’est qu’une intimidation et une pression inutile sur les familles de disparus, ne visant qu’à les démobiliser et les décourager de revendiquer leurs droits à la liberté de manifester et de rassemblement et leur droit de savoir». Dans un autre communiqué rendu public avant-hier, les deux associations réitèrent leur appel à la vérité et à la justice sur le sort des milliers de disparus durant les années 1990. «A l’occasion de cette journée internationale, SOS Disparus et le CFDA rappellent que cela fait plus de 20 ans qu’elles (les deux associations) attendent leurs enfants, leurs pères et mères, leurs frères et sœurs, enlevés un jour ou une nuit par des militaires, des gendarmes ou des policiers, sous les yeux de leurs proches, et disparus depuis ce temps», indique le même communiqué. La même source rappelle que la quête de vérité bute toujours sur un silence des autorités. «Ouvrez-nous les archives et nous trouverons les réponses à nos questions ! Que ceux qui sont vivants reviennent enfin à leur famille et pour ceux qui sont morts, rendez-nous les corps», appellent encore les deux associations qui se disent convaincues «que chaque lutte menée les rapproche un peu plus de la justice et de la vérité». 


Post Views:
35



Source link

Check Also

Le drapeau national mis en berne pendant trois jours

Le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, a décidé hier la mise en berne du …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *