Jean-Marc Kabund en détention | Afrique | DW

Jean-Marc Kabund, ancien allié de Félix Tshisekedi et ex-cadre de l’UDPS a été entendu ce mardi (9 août) pour la deuxième fois en moins de deux semaines par la justice et transféré à la prison centrale de Makala, à Kinshasa. Ses proches et les militants de son parti, l’Alliance pour le changement, sont mobilisés pour le soutenir.

 Exclu de l’UDPS, Jean-Marc Kabund avait récemment créé sa propre formation politique en fustigeant le bilan du président Félix Tshisekedi au pouvoir depuis quatre ans marquant ainsi sa rupture avec la formation présidentielle. Il a promis de mobiliser le peuple pour chasser l’actuel chef de l’Etat en 2023, date prévue pour les prochaines élections générales en République démocratique du Congo (RDC).  

Selon Jean-Marc Kabund, Félix Tshisekedi a  » échoué  » par son manque de leadership et son  » incompétence notoire  » à améliorer les conditions de vie des Congolais ainsi que leur sécurité. 

Il a également laissé entendre que le pouvoir préparerait un « glissement » du calendrier électoral – c’est-à-dire un report des scrutins – et une « fraude massive aux prochaines élections ».

Jean-Marc Kabund qui se présente comme « héritier idéologique » du parti de la gauche congolaise fondé par l’opposant historique à tous les dirigeants congolais Etienne Tshisekedi, le père de l’actuel président avait été secrétaire général de l’UDPS, puis président intérimaire du parti.

Il avait été désigné comme vice-président de l’Assemblée nationale (la chambre basse du parlement congolais) à la faveur de la création de l' »Union sacrée de la Nation » par Félix Tshisekedi, qui lui avait permis de s’affranchir de son alliance post-électorale avec son prédécesseur, Joseph Kabila.

Le 31 mars dernier il avait été contraint à la démission après une polémique à la suite d’un incident ayant opposé sa garde rapprochée à un élément de la Garde républicaine (GR). Il a pa la suite été exclu de l’UDPS.

Hervé Panda, conseiller en communication auprès de Jean-Marc Kabund réagit à l’interpellation de ce dernier.

Cliquez sur la photo ci-dessus pour écouter sa réaction.

 




Source link

Check Also

Le gaz flambe, les Togolais se replient sur le charbon | Afrique | DW

A l’aide d’un éventail, Julienne Ajavon, attise le feu sous une casserole posée sur un …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.