En RDC, les députés provinciaux réclament des augmentations | Afrique | DW

Alors que la polémique se poursuit autour du salaire mensuel de 21.000 dollars que percevraient chaque mois les députés nationaux en République démocratique du Congo, le cabinet du président de l’Assemblée nationale conteste cette somme mais refuse en même temps de dévoiler le montant officiel. 

L’estimation de 21.000 dollars a été fournie en début de semaine par Martin Fayulu, coordonnateur de la coalition de l’opposition Lamuka.

Les proches de Christophe Mboso, président de l’Assemblée nationale congolaise, refusent de spéculer sur les émoluments des députés nationaux car, selon eux, le salaire est individuel et les déclarations de Martin Fayulu ne sont que purs mensonges. 

« Des mensonges » 

C’est ce qu’a martelé également Samuel Mbemba, directeur de cabinet du président Mboso qui, sans fournir aucun chiffre pouvant contredire les 21.000 dollars révélés par Martin Fayulu, s’est contenté de dire qu’il n’y a rien de vrai dans ce montant. 

Selon Samuel Mbemba , « c’est contraire à l’éthique de mettre sur la place publique le montant exact que touche n’importe qui. Mais je dis que le chiffre avancé est totalement faux. Quelqu’un est sorti sur la place publique avec des mensonges, et tout le monde le suit pour faire ce qui ne peut pas être fait. »

Le scandale s’est désormais étendu aux députés provinciaux qui ont également exprimé leur colère. Ceux-ci ont en effet des difficultés à comprendre pourquoi les députés nationaux toucheraient 21.000 dollars par mois alors qu’eux-mêmes n’en perçoivent que 1.500.  

Augmentation des salaires 

La conférence des députés provinciaux de la RDC en a donc profité pour demander au président Félix Tshisekedi d’améliorer leurs salaires. Blanchard Takatele est député provincial du Kwilu et président de la conférence :  

« Lisez la Constitution, vous allez vous rendre compte que quand on parle de droits des députés nationaux, ces droits-là sont mutatis mutandis les mêmes pour les députés provinciaux. Mais pourquoi devons-nous souffrir ? Nous, les députés provinciaux, nous n’avons que 1.500 dollars par mois ! Et les 1.500 dollars pour qu’on nous les paie, c’est tout un problème. Et maintenant, il y a cette affaire de 21.000 dollars qui surgit. »

Un peu plus d’une année nous sépare des élections attendues ici en République démocratique du Congo en 2023. Les électeurs attendent davantage d’explications des candidats députés.  




Source link

Check Also

Pour un retour du pouvoir aux civils au Burkina Faso | Afrique | DW

Au Burkina Faso, chaque jour ou presque apporte son lot de morts – du fait …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *