Doit-on redouter que le scénario afghan soit reproduit au Sahel ? | Afrique | DW

L’arrivée au pouvoir des talibans en Afghanistan et le départ des forces américaines fait redouter une détérioration rapide de la situation au Sahel au profit des groupes armés et terroristes.
 » L’issue de la guerre d’Afghanistan devrait faire réfléchir au Mali et au Sahel« , a par exemple tweeté récemment Tiébilé Dramé, l’ancien ministre malien des Affaires étrangères. 

Eviter un amalgame

Des inquiétudes que relativise toutefois Thomas Schiller, responsable Sahel pour la fondation allemande Konrad Adenauer, basé au Mali.

« Les groupes djihadistes sont une menace ici au Mali. L’Etat Malien est toujours très faible. Il y a des similitudes. Mais, il faut faire très attention à ne pas faire un amalgame complet et dire voilà, ici au Mali, ça va se passer exactement comme en Afghanistan. Tout le monde sait que le groupe dirigé par Iyad Ag Ghali (le patron du Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans) est très hétérogène et n’a pas la même structure que les talibans, ni la même force non plus. Les talibans disposent de plusieurs dizaines de milliers de combattants. Ce n’est pas le cas pour quelqu’un comme Iyad Ag Ghali  » explique t-il.

Des membres de groupes armés dans le nord du Mali.

Des membres de groupes armés dans le nord du Mali.

Lire aussi : Les attaques djihadistes se multiplient dans le Sahel 

Autre source d’inquiétude :le dialogue avec les responsables des groupes djihadistes, dont Iyag Aghali. Un dialogue qui, s’il aboutissait, pourrait leur permettre de gagner du terrain, d’où l’embarras de Christian Klatt, représentant-résident de la fondation Friedrich Ebert au Mali. 

Selon lui « il y a eu un dialogue entre le dernier gouvernement sous le président Ibrahim Boubacar Keïta et les djihadistes  » il poursuit que « les populations ont exprimé cette idée de parler avec les djihadistes parce que c’est une réalité déjà dans beaucoup de régions et aussi, on n’a pas d’autres options. Ça va être dangereux mais, s’il n’y a pas de dialogue, je pense que ça va être aussi une autre situation très dangereuse. »

Améliorer la coopération 

Thomas Schiller, de la fondation Konrad Adenauer, souligne aussi le manque d’efficacité de l’engagement militaire international au Mali.

Des forces armées étrangères en mission au Sahel.

Des forces armées étrangères en mission au Sahel.

Lire aussi : L’Allemagne discute de son engagement au Mali

« Au Mali, malgré plusieurs années d’action internationale, de formation des forces armées maliennes, l’Etat Malien reste très faible et les troupes maliennes restent inefficace en grande partie. Pour ne pas avoir un échec comme on l’a eu en Afghanistan, il faut améliorer la coopération avec le Mali. Ça n’a pas marché en Afghanistan et ça ne marche pas non plus très bien ici au Mali. On ne peut pas éternellement continuer ici avec un engagement qui ne produit pas de résultat  » explique Thomas Schiller.

Un manque de résultat qui est à l’origine de la colère d’une majorité de Maliens qui exigent le départ de leur pays de toutes les forces étrangères.




Source link

Check Also

Daesh revendique des attaques contre les Taliban à Jalalabad — RT en français

Via deux communiqués, Daesh a revendiqué trois attentats à la bombe contre trois véhicules taliban, …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *