Covid et aérosols : quand la pandémie tacle les idées reçues


On la pensait jusque-là réservée aux contaminations à distance, et aux maladies extrêmement contagieuses : la transmission virale par aérosols, ces micro-gouttelettes en suspension dans l’air, aujourd’hui universellement acceptée par la communauté scientifique, aura mis du temps à s’imposer. Une revue de la littérature publiée dans Science revient sur les leçons de la pandémie de Covid-19 au sujet de la transmission par aérosols, et comment elles devront être appliquées à d’autres maladies respiratoires comme la grippe ou le rhinovirus (le rhume).

Des idées fausses bien implantées

« Avant le 20e siècle, on pensait que les maladies respiratoires infectieuses se propageaient par les ‘particules pestilentielles’ libérées par les individus infectés« , révèlent les auteurs dans la publication. Une vision ensuite rejetée au début des années 1900 par un certain Charles Chapin, figure de la Santé Publique, qui a affirmé que le contact était la principale voie de transmission des maladies respiratoires. « Chapin craignait que le fait de mentionner la transmission par voie aérienne n’incite les gens à l’inaction et ne fasse disparaître les pratiques d’hygiène« , expliquent les scientifiques. Il jugea alors à tort que les infections à courte distance étaient forcément transmises par gouttelettes (salive, mucus…), « négligeant le fait que la transmission par aérosol (par micro-gouttelettes donc, ndlr) se produit également à courte distance« . Cette idée pourtant infondée est alors restée bien en place chez les épidémiologistes : si la maladie était transmise à courte distance, alors les aérosols n’étaient pas vraiment envisagés. C’est pourtant à proximité d’une personne infectée que l’exposition est plus probable, car les aérosols expirés sont plus concentrés en virus.


Source link

Check Also

Guinée: fin du premier épisode du virus de Marburg en Afrique de l’Ouest

Le premier épisode du virus de Marburg en Afrique de l’Ouest, une fièvre hémorragique presque …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *