cocktails Molotov et boules de pétanque contre des policiers venus en renfort de pompiers — RT en français


Des policiers ont été pris à partie par une vingtaine d’assaillants à Corbeil-Essonnes dans la nuit du 2 au 3 septembre. Des boules de pétanque auraient été lancées sur les forces de l’ordre, qui ont en réponse fait usage de leur armement non létal.

Selon les informations du quotidien francilien Le Parisien, une vingtaine d’individus ont attaqué les forces de l’ordre dans la cité des Tarterêts à Corbeil-Essonnes (Essonne) dans la nuit du 2 au 3 septembre. D’après le récit du journal, les assaillants avaient d’abord provoqué des feux de poubelles. En attendant l’arrivée des secours, ils se seraient alors «équipés» de cocktails Molotov et de mortiers.

Les véhicules de la police qui accompagnaient les pompiers «ont été caillassés par des boules de pétanque, des tirs de mortier et de nombreux projectiles. Les agents ont réussi à s’extraire du guet-apens en utilisant leurs grenades de désencerclement et leurs lanceurs de balle de défense (LBD)», explique Le Parisien. Une information confirmée sur le compte Twitter de la police nationale du département.

Le quotidien a retrouvé des vidéos sur les réseaux sociaux où les individus auraient notamment crié «Tuez-les» à destination des fonctionnaires. Aucun blessé ne serait à déplorer. Toujours d’après Le Parisien, les pompiers ont pu éteindre les six feux et aucune interpellation n’a pu avoir lieu durant cette soirée.

Les faits auraient été commis en représailles de deux interpellations plus tôt dans la journée, à la suite d’un rodéo urbain. L’un des jeunes interpellés aurait même tenté d’étrangler un agent de police. Les policiers ont alors été encerclés et caillassés lors de cette intervention. L’un d’eux aurait été blessé.


Source link

Check Also

De l’Europe à la ferme d′Amouzoukopé | Afrique | DW

Enam David est une jeune togolaise, passionnée d’agriculture et d’élevage. En plus de l’agriculture et la …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *