Avocat et Gilet jaune, François Boulo annonce se retirer prochainement de la vie publique — RT en français


François Boulo dénonce des comportements internes au mouvement des Gilets jaunes qu’il perçoit comme néfastes, et pointe du doigt «ceux qui prétendent porter le flambeau de la résistance et ne recherchent en réalité que la lumière des projecteurs».

Figure du mouvement des Gilets jaunes, l’avocat François Boulo a annoncé sur Facebook le 14 septembre vouloir prochainement se «retirer de la vie publique», expliquant que se «confronter quotidiennement à [son] impuissance» l’avait «usé».

Devenu en novembre 2018 l’un des relais médiatiques des citoyens qui «tenaient» des ronds-points à Rouen, l’avocat s’était fait remarquer pour ses joutes oratoires sur les plateaux télévisés. Il s’était notamment distingué par un face-à-face avec un représentant du MEDEF, à qui il avait exposé les revendications des manifestants.

En 2019, il avait publié un manifeste, La Ligne Jaune, visant «à restaurer l’image des Gilets jaunes». «Le traitement médiatique les a assignés aux faits de violence qui ont existé ici ou là», expliquait-il alors.

Dans un long texte, François Boulo évoque deux raisons principales à sa prochaine mise en retrait. Il souhaite tout d’abord reprendre «le fil de [sa] vie là où [il l’avait] laissé près de quatre ans auparavant». Il a d’abord souligné sa fatigue face aux «dominants qui usent et abusent de leurs privilèges, de leurs positions d’influence et de leurs réseaux pour maintenir de force un système inique et voué désormais à imploser».

Le sentiment au moins partiel du devoir accompli

Mais il a surtout longuement développé une critique du «comportement de tous ceux qui se prétendent être du camp des « résistants »», «du simple citoyen lambda qui vomit sa haine ou répand des thèses délirantes sur les réseaux sociaux au leader d’opinion, tantôt opportuniste tantôt prisonnier de ses récits extravagants et hallucinés». Dans son viseur, en particulier, «ceux qui prétendent porter le flambeau de la résistance et ne recherchent en réalité que la lumière des projecteurs», et «la complicité objective de tous ceux qui suivent et soutiennent ces gourous et autres charlatans du débat public».

Quant à ses projets à venir, François Boulo a simplement expliqué qu’il comptait «écrire un livre et partager [ses] analyses en vidéo pour tenter de donner des clés de compréhension essentiels sur notre système politique actuel et proposer les moyens de le dépasser». Avant de quitter le débat public donc, «sans regret et avec le sentiment au moins partiel du devoir accompli».


Source link

Check Also

La justice guinéenne au banc des accusés | Afrique | DW

Devant le colonel Mamady Doumbouya, des magistrats se sont succédé à la tribune pour dénoncer …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *