Au Togo, Matrimoniat 2.0. s′attaque au harcèlement | 77% – le magazine des jeunes | DW

Dans un film largement diffusé sur les réseaux sociaux, on raconte l’histoire d’Amy, une jeune femme vulnérable qui a décidé de mettre tragiquement fin à sa vie suite à une relation malsaine dans laquelle elle se faisait souvent agresser verbalement et physiquement par son partenaire. Incapable de briser le silence, Amy fait le choix fatal du suicide. 

A lire aussi : Au Togo, la mode du « nappy » fait la part belle au naturel

Cette triste histoire est malheureusement celle de bien de femmes qui souffrent en silence. Des femmes victimes de violences de tout genre et des violences que l’on retrouve de plus en plus sur internet. C’est le cas du harcèlement en ligne notamment.

L’une des cibles des agresseurs sur la toile sont généralement des femmes activistes et défenseurs des droits de l’homme, souvent critiquées pour leur prise de position sur les sujets sociaux sensibles.

A lire aussi : Peter Solo enjaille Lomé grâce à un concert avec des enfants de la rue

C’est pour aider ces femmes à briser la loi de l’omerta qu’est né le projet Matrimoniat 2 .0, explique Sharon Mukwawaya qui en est la coordinatrice.

« Le projet Matrimonial 2.0 est un projet mis en place par des femmes défenseures des droits humains qui ont été victimes de harcèlement en ligne par le passé et qui d’une façon ou d’une autre, veulent aider d’autres femmes également victimes à s’en sortir. Il est bien clair que les répercussions du harcèlement en ligne sont désastreuses et vont jusqu’au suicide et nous voulons éviter le pire. »

Le harcèlement en ligne, Anna l’a aussi vécu : « Au départ il a commencé par des farces de mauvais goût, il m’intimidait par des messages de menaces. Des fois c’était des avances à caractère sexuel. Et cela me choquait. J’ai finalement compris qu’il essayait de me manipuler parce qu’il lui arrivait de se faire passer pour la victime, pour me faire croire que c’était moi qui exagérais. »

A lire aussi : Au Togo, une femme veut en finir avec l’obésité

Aider les victimes

La plateforme digitale « Xonam » a été mise en place pour signaler les cas de violences. Un travail mené en collaboration avec le centre de documentation et de formation sur les droits de l’Homme que dirige Godwin ETSE.

‘’Xonam’’, c’est une application web qui permet de documenter des cas de violation et d’abus des droits de l’homme. Elle permet à tout citoyen victime ou témoin d’une situation d’abus de se saisir de son téléphone et à travers Xonam de signaler cette situation. Lorsqu’elle signale à nos services, nos juristes sont alertés et entrent en contact avec cette personne pour lui apporter une assistance juridique. »

Harcèlement et Covid-19

Au Togo, le phénomène du harcèlement en ligne s’est beaucoup accentué avec la crise sanitaire liée à la Covid 19. Ainsi, Matrimoniat 2 .0 vise à mieux outiller les femmes activistes sur le phénomène et ses répercussions à travers des formations et une campagne digitale, dit  
Sharon Mukwawaya.

« Quand on parle de harcèlement en ligne, tout se joue sur internet. Les formations ont porté sur ce qu’est le harcèlement en soi et ses répercussions, sur la question de la sécurité en ligne ; nous avons aussi une formation sur la rédaction web, comment écrire pour ne pas frustrer l’audience et en même temps faire passer son message. Et le bonus, c’est que nous offrons aussi des cours de self défense, parce que certains harceleurs ne se limitent pas à intimider leur victime en ligne, ils vont jusqu’au agressions physiques. »

Le projet prend en compte la formation de 30 jeunes femmes activistes, qui formeront à leur tour  d’autres jeunes femmes afin de mieux ombattre le harcèlement en ligne.

A relire aussi : Lomé : redonner de l’espoir à une enfance perdue
 




Source link

Check Also

Vers un «Polexit» ? «Si la Pologne est poussée vers la sortie, toute l’UE est remise en question»

La Cour constitutionnelle polonaise doit se prononcer sur la validité du droit de l’Union européenne dans …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *