Au Panchir, la résistance s′organise en dépit de l′appel des talibans à baisser les armes | International | DW

Les talibans ont appelé les combattants de la vallée du Panchir à baisser les armes pour éviter une guerre sanglante, après de premiers combats. Cet appel est lancé deux jours après le retrait américain d’Afghanistan,
      La vallée du Panchir est située au nord-est de Kaboul. Cette zone habitée mais très isolée par les montagnes, abrite les combattants du Front national de résistance.

Le FNR rassemble plusieurs mouvements coordonnés par deux hommes : l’ancien vice-président du gouvernement déchu, Amrullah Saleh, et Ahmad Massoud, fils du commandant Massoud qui avait été assassiné en 2001 par Al-Qaïda.

Retranchés au coeur de l’Hindou Kouch

Le Front national de résistance afghan a juré de tenir tête aux talibans. Ses combattants sont d’anciens membres de milices opposées de longue date aux islamistes, et aussi des membres des forces de sécurité afghanes qui refusent d’obéir aux nouveaux dirigeants du pays.

Qui contrôle l'Afghanistan? (Une infographie DW du 21.8.21)

Qui contrôle l’Afghanistan? En bleu foncé, les zones sous contrôle taliban, en bleu plus clair celles revendiquées par les talibans et la zone grise est l’îlot de résistance dans le Panchir (Une infographie DW du 21.8.21)

Très enclavée, au cœur du massif de l’Hindou Kouch, la vallée du Panchir est difficile d’accès. Les montagnes permettent aux combattants de s’y retrancher tout en conservant l’avantage sur d’éventuels assaillants.

>>> Lire aussi : Une prime pour rester en Afghanistan

Mais au-delà de ses avantages géographiques, la vallée a aussi une histoire plus que séculaire de résistance aux envahisseurs.

La Statue du… Commandant Massoud

Le personnage associé au Panchir dans la mémoire collective, c’est d’abord le commandant Ahmed Shah Massoud, encore vénéré à travers l’Afghanistan et à l’étranger, vingt ans après son assassinat par Al-Qaïda, le 9 septembre 2001.

Devant la maison où le Commandant Massoud a été tué en 2001 par de faux journalistes, en fait des membres d'Al-Qaida. (archive de 2002)

Devant la maison où le Commandant Massoud a été tué en 2001 par de faux journalistes, en fait des membres d’Al-Qaida. (archive de 2002)

Massoud s’est battu contre et a vaincu, avec ses hommes, l’armée soviétique, dans les années 1980. Ensuite, « le Lion du Panchir » a fait battre en retraite les talibans.

Pour en savoir plus sur ce personnage, regardez sur YouTube le portrait, subjectif mais instructif, qu’en a brossé en 1997 Christophe de Ponfilly dans son film « Massoud, l’Afghan ».

La gloire du Commandant Massoud continue d’auréoler les combattants d’aujourd’hui, comme on le voit dans une vidéo publiée il y a quelques jours par le FNR. Un combattant anonyme y déclare : 

« Nous avons battu les talibans à Parwan, Kapisa et d’autres endroits, dans le Nord. Ils ont dû faire demi-tour. Cette fois, nous allons leur résister avec force, jusqu’à ce que leurs visages deviennent noirs et nous les renverrons d’où ils viennent. »

Ahmad Massoud, fils du Commandant Massoud

Ahmad Massoud, fils du Commandant Massoud

Besoin d’aide extérieure

Aujourd’hui, les combattants anti-talibans bénéficient de l’équipement (armes, véhicules) apporté par les anciens soldats de l’armée afghane, venus gonfler les troupes et leur arsenal.

>>> Lire aussi : L’Afghanistan des talibans, un sanctuaire pour les djihadistes ?

Ahmad Massoud attend de ses concitoyens qu’ils résistent aux talibans. Mais il espère aussi un appui logistique et militaire de la part des Etats-Unis et de l’Allemagne, comme il l’a expliqué notamment dans une interview au magazine Kontraste de la chaîne de télévision allemande ARD.

Le fils du célèbre commandant insiste sur l’intérêt réciproque d’un tel soutien au nom du rétablissement de la paix : les occidentaux éviteraient ainsi à moindres frais de voir des réfugiés afghans arriver massivement sur leur territoire.

>>> Lire aussi : La peur pour les femmes afghanes

Assiégés par les talibans

Les talibans ont lancé une offensive pour venir à bout des combattants du Panchir. Ils ont annoncé en début de semaine [23.8.21] avoir encerclé, avec une centaine d’hommes, les abords du Panchir.

Amrullah Saleh, l’ancien vice-président, craint une catastrophe humanitaire à cause du siège qui empêche le ravitaillement en nourriture.

Le FNR prétend avoir plusieurs milliers de combattants. Il a indiqué dimanche [22.8.21] être prêt à tenir tête aux talibans. Ou à négocier en vue de former un gouvernement.

Personne ne sait s’il est à même de résister à un assaut des talibans. Et si oui pendant combien de temps.

 




Source link

Check Also

De l’Europe à la ferme d′Amouzoukopé | Afrique | DW

Enam David est une jeune togolaise, passionnée d’agriculture et d’élevage. En plus de l’agriculture et la …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *