à quoi ressemble le nouveau gouvernement Taliban ? — RT en français


Trois semaines après avoir pris le pouvoir en Afghanistan, les Taliban ont dévoilé le 7 septembre une partie de leur futur gouvernement qui sera dirigé par Mohammad Hassan Akhund, un ancien proche du mollah Omar.

Les Taliban ont annoncé le 7 septembre les principaux ministres du nouveau gouvernement afghan : l’exécutif sera dirigé par Mohammad Hassan Akhund, un ancien proche du mollah Omar, fondateur du mouvement religieux, décédé en 2013. 

Selon les Nations unies, Mohammad Hassan Akhund, dont le nom figure sur la liste des sanctions du Conseil de sécurité liées aux «actes et activités des Taliban», est connu pour avoir été l’un des «commandants Taliban les plus efficaces». Il a été ministre des Affaires étrangères puis vice-Premier ministre lorsque les Taliban étaient précédemment au pouvoir, de 1996 à 2001.

Abdul Ghani Baradar, cofondateur, devient numéro deux de l’exécutif. Il était le chef militaire des Taliban quand il a été arrêté en 2010 à Karachi, au Pakistan. Il a été libéré en 2018, sous la pression de Washington. Il a ensuite été nommé chef du bureau politique Taliban, basé au Qatar, et a conduit les négociations de Doha avec les Américains menant au retrait des forces étrangères d’Afghanistan. 

Un autre numéro deux a été nommé : Abdul Salam Hanafi, qui figure aussi sur une liste noire de l’ONU. Il était vice-ministre de l’Education sous le premier gouvernement Taliban et avait à l’époque interdit aux filles d’aller à l’école.

Le ministre de l’Intérieur recherché par le FBI

Le mollah Yaqoub, fils du mollah Omar, sera lui ministre de la Défense. Depuis 2020, il était le chef de la puissante commission militaire des Taliban qui décidait des orientations stratégiques dans la guerre contre le gouvernement afghan. Le numéro deux des Taliban, Sirajuddin Haqqani – fils d’un célèbre commandant du djihad anti-soviétique et leader du réseau éponyme, historiquement proche d’Al-Qaïda – obtient le portefeuille de l’Intérieur. Le FBI avait promis jusqu’à cinq millions de dollars pour toute information pouvant mener à son arrestation. 

«Le cabinet n’est pas complet», a indiqué le porte-parole Zabihullah Mujahid lors d’une conférence de presse. «Nous essayerons de prendre des gens venant d’autres régions du pays», a-t-il ajouté, soulignant également que le nouveau pouvoir ne permettra «à aucun pays d’interférer» dans les affaires afghanes.

Le chef suprême des Taliban Hibatullah Akhundzada, dans une très rare intervention publique, a invité le nouveau gouvernement à «faire respecter la charia» dans le pays : «À l’avenir, toutes les questions de gouvernance et de vie en Afghanistan seront régies par les lois de la sainte charia», a-t-il déclaré dans un communiqué, dans lequel il a également félicité les Afghans pour «la libération du pays de la domination étrangère». Le gouvernement fera en sorte d’installer «une paix, une prospérité et un développement durables», a-t-il ajouté en demandant à ses compatriotes de ne pas quitter le territoire. Par ailleurs, le pouvoir Taliban a assuré n’avoir «de problème avec personne», alors que plus de 120 000 Afghans se sont exilés ces dernières semaines par crainte des nouveaux maîtres du pays.

Un nouveau pouvoir semblable au premier gouvernement Taliban 

«Nombre de ces « nouveaux leaders » étaient déjà importants dans les Taliban d’avant le 11 Septembre, et figurent sur les listes de sanctions de l’ONU», a souligné dans un tweet Bill Roggio, rédacteur en chef du Long war journal, site américain dédié à la guerre contre le terrorisme.

Leur Premier ministre Mohammad Hassan Akhund est selon lui connu pour avoir approuvé la destruction des bouddhas géants de Bamiyan, célèbres statues du VIe siècle sculptées dans des falaises que les islamistes ont dynamitées en 2001.

Cité par l’AFP et Reuters, un porte-parole du département d’Etat américain a par ailleurs déclaré à Doha que Washington était «préoccupés par les affiliations et les antécédents de certains de ces individus», ajoutant que «le peuple afghan mérite un gouvernement inclusif».

De son côté, le Qatar a appelé à juger les Taliban sur leur action à venir : «Ils ont montré une bonne dose de pragmatisme […] Ils sont les dirigeants de facto, il n’y a pas de question là dessus», a fait savoir Lolwah al-Khater, vice-ministre et porte-parole des Affaires étrangères du Qatar, dans une interview à l’AFP.




Source link

Check Also

Deux moines mis en examen pour avoir mis le feu à des antennes-relais 5G — RT en français

Deux moines d’un couvent du Beaujolais ont été mis en examen pour avoir été surpris …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *